Les réfugiés urbains au centre de consultations du HCR avec les ONG

30 juin 2009

Les consultations annuelles entre l'agence des Nations Unies pour les réfugiés et ses partenaires des organisations non gouvernementales (ONG) ont débuté à Genève lundi avec une attention particulière portée à la question des réfugiés urbains et des situations de réfugiés prolongées.

Au cours des trois prochains jours, les quelque 380 personnes venant d'environ 140 organisations, y compris 70 ONG nationales qui participent à ces consultations, débattront d'un large éventail de questions d'intérêt commun lors de sessions régionales et thématiques, indique un communiqué du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

« C'est une occasion pour le HCR et les ONG de se rencontrer à un niveau stratégique ainsi que pour les cadres dirigeants du HCR d'être à l'écoute des questions des partenaires de toutes les régions, c'est-à-dire non seulement les partenaires à Genève ou du siège mais aussi du terrain, et de discuter avec eux. Voilà ce qui rend ces consultations uniques, » a déclaré Bernard Doyle, directeur de l'unité inter agences du HCR.

Il a également expliqué que les principaux thèmes discutés cette année seraient les situations de réfugiés prolongées, les réfugiés urbains ainsi que l'évaluation globale des besoins du HCR, un programme mondial qui vise à déterminer l'état réel des besoins des réfugiés et des personnes déplacées internes, les coûts liés à ces besoins et les conséquences d'éventuelles lacunes dans la couverture de ces besoins.

Ed Schenkenberg, coordinateur du Conseil international des agences bénévoles et dont l'organisation a aidé à organiser les consultations, a exprimé une inquiétude particulière sur la situation au Pakistan et au Nord du Sri Lanka. Il a mentionné l'inaccessibilité des camps du Sri Lanka pour les agences d'aide et l'absence de liberté pour les personnes vivant dans les camps.

Il a indiqué aux délégués que cette tendance à restreindre le travail des ONG internationales se vérifiait dans un nombre de plus en plus élevé de pays. « J'espère que nous utiliserons également ces consultations pour aborder la question de l'espace humanitaire pour que les ONG puissent travailler dans des pays comme le Soudan, le Sri Lanka ou autres. »

La Haut Commissaire assistante en charge de la protection, Mme Erika Feller, également inquiète par la restriction de l'espace humanitaire, a déclaré aux participants que les ONG avaient un rôle extrêmement important à jouer dans le domaine de la protection.

Lloyd Dakin, directeur de la Division des relations extérieures du HCR a souligné l'importance des partenariats. « Nous devons être capables de travailler efficacement avec des partenaires. Le HCR ne peut en aucun cas régler toutes ces questions seul » a-t-il déclaré.

Au cours des deux dernières décennies, les consultations annuelles ont réuni des ONG et des cadres dirigeants du HCR pour examiner tous les aspects de leur partenariat au nom de toutes les personnes déracinées à travers le monde.

Les ONG sont des partenaires essentiels pour le HCR mettant en oeuvre des programmes pour les réfugiés et les personnes déplacées dans certaines des régions les plus reculées et les plus difficiles du monde. L'agence des Nations Unies pour les réfugiés travaille avec plus de 600 ONG à travers le monde.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

HCR : La prochaine présidence européenne doit garantir l'accès à la protection

A l'occasion de la prochaine présidence de l'Union européenne qui coïncidera avec une période « particulièrement critique pour l'avenir d'une politique européenne de l'asile », le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) invite la Suède à mettre à profit sa présidence pour réaffirmer l'importance d'une approche fondée sur les droits en matière de gestion des frontières et de contrôle des migrations.