HCR : Les combats contraignent davantage de Somaliens à fuir Mogadiscio

26 juin 2009

Les combats en cours entre les forces gouvernementales et les groupes d'opposition Al-Shabaab et Hisb-ul-Islam, qui ont commencé le 7 mai dernier dans plusieurs quartiers du nord-ouest de la capitale somalienne Mogadiscio, ont causé des pertes en vie humaine, des destructions et de nouveaux déplacements parmi les populations civiles, annonce vendredi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

Les combats en cours entre les forces gouvernementales et les groupes d'opposition Al-Shabaab et Hisb-ul-Islam, qui ont commencé le 7 mai dernier dans plusieurs quartiers du nord-ouest de la capitale somalienne Mogadiscio, ont causé des pertes en vie humaine, des destructions et de nouveaux déplacements parmi les populations civiles, annonce vendredi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

Selon les informations communiquées par des hôpitaux locaux somaliens, plus de 250 civils ont été tués et au moins 900 autres ont été blessés au cours du mois dernier, a déclaré le porte-parole du HCR William Spindler.

On estime que, depuis le début des combats en mai, plus de 160 000 personnes ont été contraintes de quitter leurs maisons et de chercher un abri ailleurs en Somalie ou dans les pays voisins. Entre le 19 juin et le 22 juin seulement, une population d'environ 26 000 personnes a fui Mogadiscio du fait des combats violents.

La majorité des personnes déplacées internes, quelque 49 000 personnes, sont parties vers des quartiers plus sûrs à l'intérieur même de la ville ou vers des installations de fortune accueillant des personnes déplacées et situées aux alentours de Mogadiscio, tandis que 45 000 autres ont fui par le corridor d'Afgooye. Elles ont rejoint plus de 400 000 personnes qui sont déjà des déplacés internes depuis 2007.

D'autres sont partis vers des destinations plus lointaines notamment vers le Bas et Centre Shabelle, le Bas Juba, Galgaduud et Gedo. Selon les partenaires locaux, certains des déplacés sont partis vers les pays voisins. Certains parmi les nouveaux déplacés sont des familles entières qui étaient récemment rentrées chez elles suite à une période de paix relative à Mogadiscio pendant les quatre premiers mois de l'année.

La détérioration de la situation sécuritaire a fortement réduit les possibilités de distribution de l'aide humanitaire, dont le besoin se fait tant ressentir, aux personnes déplacées dans et autour de Mogadiscio. Les partenaires locaux qui acheminent de l'aide auprès des déplacés internes font face à des problèmes d'insécurité croissants alors qu'ils tentent d'aider les personnes dans le besoin.

Par ailleurs, au Kenya voisin, le nombre de réfugiés arrivant dans le pays continue à augmenter. Depuis le début de l'année, quelque 38 000 nouveaux réfugiés sont arrivés au Kenya, pour la majorité des Somaliens. En juin, le camp de Dadaab a reçu 4 104 réfugiés. Plus de 280 000 personnes sont actuellement hébergées à Dadaab, le plus grand complexe de camps de réfugiés au monde.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Somalie : Condamnation unanime de l'attentat de Beledweyne

Les Nations Unies, l'Union africaine, l'Union européenne, l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) et la Ligue des Etats arabes ont condamné conjointement l'attentat perpétré jeudi à Beledweyne (Somalie).