Kosovo : Le rôle de l'ONU différent mais toujours crucial

17 juin 2009

Le rôle de la Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK) est différent après sa reconfiguration mais il reste toujours crucial, a déclaré mercredi le représentant spécial du Secrétaire général pour le Kosovo, Lamberto Zannier.

Le rôle de la Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK) est différent après sa reconfiguration mais il reste toujours crucial, a déclaré mercredi le représentant spécial du Secrétaire général pour le Kosovo, Lamberto Zannier.

« La nouvelle MINUK reconfigurée continuera à accomplir ses fonctions conformément à la résolution 1244 avec l'objectif général de garantir la paix et la stabilité au Kosovo », a dit M. Zannier devant le Conseil de sécurité.

La MINUK a été reconfigurée après que le Kosovo, province serbe sous administration des Nations Unies depuis 1999, a déclaré son indépendance le 17 février 2008.

« L'ONU est bien placée pour jouer un rôle utile pour les deux parties, en facilitant la résolution de problèmes comme intermédiaire entre les parties qui ne sont pas prêtes à traiter l'une avec l'autre directement », a-t-il ajouté.

M. Zannier s'est félicité de la coopération étroite avec la Mission État de droit menée par l'Union européenne au Kosovo (EULEX).

« Notre objectif avec le soutien d'EULEX, de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et la présence militaire internationale, reste de garantir la stabilité, de promouvoir la réconciliation et de permettre le retour des déplacés », a-t-il dit.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Kosovo : La MINUK restructurée peut continuer à jouer un rôle utile - Ban

La Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK) peut continuer à jouer un rôle utile de médiation après sa restructuration si la communauté internationale la soutient, estime le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans un rapport publié lundi.