L'UNESCO déplore la mort d'un journaliste philippin

12 juin 2009

Le directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, a déploré vendredi la mort violente du journaliste philippin Jojo Trajano, le 3 juin près de Manille, et souligné l'importance des programmes de formation concernant la sécurité des journalistes.

Le directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, a déploré vendredi la mort violente du journaliste philippin Jojo Trajano, le 3 juin près de Manille, et souligné l'importance des programmes de formation concernant la sécurité des journalistes.

« Je déplore la mort de Jojo Trajano », a dit M. Matsuura. « Jojo Trajano est mort en faisant son métier, en travaillant pour répondre au besoin et au droit de tous à l'information. Aucun effort ne doit être épargné afin de garantir la sécurité des professionnels des médias et de leur fournir la formation qui les aidera à améliorer leur sécurité face aux dangers de cette profession ».

Jojo Trajano a été tué lors d'un échange de tirs, à Taytay, près de Manille. Il couvrait pour son journal, Remate, un raid mené par la police contre un groupe qui appartiendrait au crime organisé.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.