L'UNESCO condamne le meurtre et l'enlèvement de journalistes

9 juin 2009

Le directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, a condamné mardi le meurtre du journaliste sportif iraquien Alaa Abdel-Wehab, tué le 31 mai dans un attentat, et demandé la libération sans conditions d'Ibrahim Mohammed Ali, directeur d'une télévision somalienne, enlevé le 2 juin.

Le directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, a condamné mardi le meurtre du journaliste sportif iraquien Alaa Abdel-Wehab, tué le 31 mai dans un attentat, et demandé la libération sans conditions d'Ibrahim Mohammed Ali, directeur d'une télévision somalienne, enlevé le 2 juin.

« Je condamne le meurtre du journaliste Alaa Abdel-Wehab. Je veux rendre hommage au courage inébranlable des journalistes qui continuent de travailler en Iraq malgré la tuerie insensée qui y frappe depuis trop longtemps les professionnels des médias. Des efforts pour améliorer leur sécurité doivent clairement être entrepris afin de renforcer le droit de tous les iraquiens à être informés sur ce qui se passe dans leur pays et à faire des choix démocratiques en toute connaissance de cause », a dit M. Matsuura dans un communiqué.

« Je souhaite aussi exprimer mes inquiétudes pour Sultan Jerjis qui a été blessé lors de l'attentat qui a coûté la vie à Alaa Abdel-Wehab », a-t-il poursuivi. « Je m'inquiète également du sort du preneur de son Hameed Yousif et de son collègue de la télévision Al-Iraqiya, blessés lors d'une autre attaque. Je leur souhaite à tous un prompt rétablissement ».

Alaa Abdel-Wehab, âgé de 37 ans, était le correspondant de la télévision indépendante Al-Baghdadia, basée au Caire (Egypte). Il a été tué par une bombe placée dans sa voiture à Mossoul, au nord de l'Iraq. Il se trouvait à Mossoul pour y réaliser un reportage sur le Comité olympique local. Il est le troisième journaliste tué en Iraq cette année d'après le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Sultan Jerjis, présentateur sportif de la radio locale Al-Rasheed, a été blessé lors de cet attentat. Toujours le 31 mai, deux employés de la télévision publique Al-Iraqiya ont été gravement blessés dans un autre attentat à la voiture piégée qui a eu lieu dans le quartier A'zamiya, à Bagdad. Un des blessés est le preneur de son Hameed Yousif, l'identité de son collègue n'est pas connue.

Par ailleurs, Koïchiro Matsuura, a appelé mardi à la libération sans conditions d'Ibrahim Mohammed Ali, directeur d'une télévision somalienne, enlevé le 2 juin à Garasbaley, en Somalie, et demandé des mesures en vue de mieux protéger les professionnels des médias dans ce pays.

« Je demande la libération sans condition d'Ibrahim Mohammed Ali. Les professionnels des médias sont la cible en Somalie d'une violence inacceptable. Je demande aux autorités de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour améliorer la sécurité des journalistes. Permettre aux journalistes de faire leur travail est important pour la société dans son ensemble. Pour que les citoyens contribuent à leur reconstruction de leur pays, la liberté d'expression et la liberté de la presse sont essentielles même dans une période troublée comme celle que connaît la Somalie », a dit M. Matsuura.

Ibrahim Mohammed Ali, surnommé Jeekey, est le directeur de la télévision Universal, basée à Garasbaley.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'UNESCO déplore la mort de deux journalistes somaliens

Le directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, a déploré vendredi la mort de deux journalistes somaliens, Abdirisak Warsameh Mohamed, abattu en pleine rue le 22 mai à Mogadiscio, et Nur Muse Hussein, décédé cette semaine des blessures reçues en avril quand il a été pris pour cible dans la ville de Beledweyne.