HCR : Les efforts humanitaires en Iraq nécessitent un soutien continu

2 juin 2009
Des enfants iraquiens.

L'Iraq se trouve actuellement dans une phase de transition difficile et fragile qui nécessite toujours une attention urgente de la part de la communauté internationale, selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

L'Iraq se trouve actuellement dans une phase de transition difficile et fragile qui nécessite toujours une attention urgente de la part de la communauté internationale, selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

« Bien que la situation humanitaire en Iraq ne soit plus d'actualité ces derniers temps, le HCR demeure particulièrement préoccupé par la satisfaction des besoins de millions de personnes déracinées tant à l'intérieur du pays qu'à l'extérieur », a déclaré mardi le porte-parole du HCR, Ron Redmond, lors d'un point de presse à Genève.

Ces préoccupations ont été présentées aux pays donateurs lors d'une réunion du HCR jeudi, à laquelle a participé le directeur du Bureau pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord du HCR, Radhouane Nouicer.

Selon lui, alors que les conditions générales de sécurité se sont améliorées, elles ne sont pas encore suffisamment durables pour encourager des retours massifs d'Iraquiens. On dénombre encore plus de 1,5 million d'Iraquiens en dehors du pays, particulièrement en Syrie et en Jordanie, et quelque deux autres millions de personnes déplacées internes.

Bien que des retours se soient déjà effectués, un grand nombre d'entre eux ne sont ni durables ni sûrs. Le HCR estime que les Iraquiens ne devraient pas être contraints au retour, ce qui se ferait au détriment de la sécurité de ceux qui sont concernés et qui affecterait de façon négative la capacité d'absorption fragile de ce pays.

Dans le même temps, le gouvernement d'Iraq est partagé entre plusieurs priorités dans les domaines politique, électorale et de réconciliation nationale. Il a besoin de faire des progrès supplémentaires dans la mise en oeuvre de sa politique nationale sur le déplacement et les retours, pour prendre des décisions sur les allocations de terrains, la restitution et la compensation foncières, et pour lancer un important programme de logement et de réhabilitation.

En plus de ces défis internes, le HCR et ses partenaires humanitaires demeurent handicapés par le manque de fonds ainsi que des aménagements importants pour des questions de sécurité qui gênent sa mobilité et sa capacité à fournir une assistance.

« Le budget de 299 millions de dollars pour l'opération en Iraq en 2009 n'est financé qu'à hauteur de 48% et nous ne pourrons pas mettre en œuvre certains programmes si nous ne recevons pas davantage de fonds prochainement », a dit Ron Redmond.

La réinstallation restera l'une des principales composantes de l'opération du HCR en Iraq pour 2009-2010. L'agence des Nations Unies estime que plus de 60.000 Iraquiens dans les pays voisins sont éligibles et ont besoin d'être réinstallés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.