Election en Côte d'Ivoire : L'ONUCI veillera à ce que tout dysfonctionnement soit évité

27 mai 2009

Lors du scrutin électoral prévu à la fin de l'année en Côte d'Ivoire, la Mission des Nations Unies veillera à ce tout dysfonctionnement soit évité, a rappelé mercredi à Abidjan, le représentant spécial du Secrétaire général pour la Côte d'Ivoire, YJ. Choi.

« S'il y a des dysfonctionnements, je contacterai les gens concernés pour les ramener dans les critères-cadres, a-t-il dit lors d'un point de presse. S'il y a de la mauvaise foi, je ne ferai pas de concessions ».

Le gouvernement de Côte d'Ivoire a annoncé la semaine dernière que la date de l'élection présidentielle attendue de longue date avait été fixée au 29 novembre 2009.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a confié au chef de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) un mandat de certification concernant la liste électorale et le scrutin.

« Une fois la liste électorale certifiée explicitement, je n'admettrai pas sa remise en cause de façon rétroactive », a dit YJ. Choi. Il a ajouté qu'il en serait de même pour les résultats pour lesquels il « n'acceptera pas qu'une fois certifiés, ils fassent l'objet de contestations non démocratiques ou de compromissions ».

Précisant que sa mission n'était pas de rechercher a priori les failles dans le processus électoral et de les sanctionner en jouant le gendarme, le chef de la mission de l'ONU a précisé que « la certification est là pour veiller à ce que toutes les étapes se déroulent dans les critères-cadres ».

Ces critères, au nombre de cinq, concernent la paix, l'inclusion, les médias d'Etat, la liste électorale et les résultats. Selon M. Choi, cela implique que le processus électoral et les résultats doivent se dérouler dans un climat apaisé, que nul ne soit exclu du processus, que les médias d'Etat fassent preuve d'impartialité et équité pour tous les candidats, partis et groupements politiques.

Il a ajouté que pour le mode opératoire de la certification, un groupe d'experts réunis dans la cellule de certification allait lui apporter un appui en la matière en évaluant en permanence le processus électoral. En cas de dysfonctionnements portés à sa connaissance, il dispose de quatre niveaux d'action. Au premier niveau, il encourage les parties concernées à prendre les mesures correctives nécessaires. Si cela n'aboutit pas, il recherche des solutions au niveau national avec les protagonistes ivoiriens. La troisième option est l'appel à l'arbitrage du Facilitateur. En dernier recours, c'est le rapport au Conseil de Sécurité.

Il a confirmé qu'en tant que Certificateur, il mettrait un point d'honneur et un engagement particulier à sauvegarder les résultats légitimes. « Je veillerai personnellement à ce que les résultats soient respectés ; que le vainqueur soit celui qui a gagné les élections. Je sauvegarderai les résultats par tous les moyens dont je dispose, et ce dans l'intérêt du peuple ivoirien », a conclu M. Choi.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Côte d'Ivoire : L'ONUCI invite à la reprise de l'enregistrement sur les listes électorales

L'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI), a plaidé jeudi pour la reprise rapide des activités d'enregistrement sur les listes électorales et pour l'ouverture des 227 centres de collecte jamais visités à ce jour et a souhaité la réouverture des centres prématurément fermés lors de la phase précédente de l'enregistrement.