PNUE : Les gorilles menacés par la demande en énergie

22 mai 2009

La demande croissante en énergie par l'être humain fait peser un poids de plus en plus lourd sur l'habitat des gorilles, prévient vendredi le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

La demande croissante en énergie par l'être humain fait peser un poids de plus en plus lourd sur l'habitat des gorilles, prévient vendredi le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

La production de charbon de bois est la principale menace aux forêts qui constituent l'habitat des gorilles dans de nombreuses régions et notamment dans le parc naturel de la Virunga, en République démocratique du Congo (RDC), indique un communiqué.

Le projet de l'Année des gorilles soutient une initiative qui permet aux habitants locaux d'acheter des fours à forte efficacité énergétique à bas prix pour leur permettre d'utiliser moins de bois de chauffe.

L'exploration pétrolière est aussi une menace. Ainsi au Gabon au Petit Loango, où les résultats de l'extraction ont été heureusement négatifs.

Mais le PNUE souligne une nouvelle menace sous la forme d'accords conclus par les Etats avec des firmes étrangères pour la production de biocarburants, notamment l'huile de palme dont l'empreinte carbone est supérieure aux carburants fossiles qu'elle est censée remplacer.

La protection des gorilles et des grands mammifères est essentielle non seulement pour leur propre survie mais aussi pour leur rôle écologique de dispersion de milliards de semences végétales.

Quant aux forêts tropicales d'Afrique, elles absorbent 1,2 milliard de tonnes de CO2 par an.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

2009 sera l'année de la protection du gorille

A l'occasion de l'année du Gorille, lancée cette semaine par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), des projets de protection du plus proche cousin de l'être humain sont mis à l'étude en RD Congo, au Cameroun, au Rwanda et en Ouganda, qui prévoient le renforcement du niveau de vie des populations humaines qui vivent à leurs côtés.