Chypre : Ban juge nécessaire d'accélérer les pourparlers sur la réunification

21 mai 2009

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, juge nécessaire une accélération des pourparlers, sous les auspices des Nations Unies, entre dirigeants chypriotes grec et turc sur la réunification de Chypre, dans un rapport publié jeudi.

« Les parties ont maintenu un rythme régulier de réunions, menant les négociations d'une manière positive et constructive. Elles se rapprochent à présent de la fin de l'examen en première lecture des différentes questions, dont plusieurs ont fait l'objet d'une convergence de vues, » note M. Ban dans ce rapport remis au Conseil de sécurité qui porte sur la période allant du 24 novembre 2008 au 10 mai 2009.

Toutefois, « si les points de divergence importants sont moins nombreux, ils demeurent pour la plupart fondamentaux et témoignent de la grande difficulté à traduire l'objectif convenu de création d'une fédération bizonale et bicommunautaire fondée sur l'égalité politique en une Chypre unie et fonctionnelle où les intérêts légitimes sont non seulement représentés mais aussi effectivement poursuivis. »

Selon lui, « les parties n'ont certes pas cessé de faire des progrès mais il importe d'accélérer les pourparlers à présent qu'elles commencent à aborder les questions dans une optique plus globale ».

« Les parties sont conscientes elles-mêmes du fait que chaque jour qui passe sans solution compromet un peu plus les chances de parvenir à un règlement. Elles sont également conscientes que le statu quo est inacceptable et que le processus ne peut se poursuivre indéfiniment. L'esprit des négociations et la façon franche et constructive dont les deux dirigeants abordent les pourparlers donnent fortement à penser qu'une solution devrait intervenir dans un délai raisonnable, » ajoute-t-il.

Parallèlement, le Secrétaire général juge « décourageant de constater que, pendant la période considérée, les sondages ont clairement montré que le niveau de scepticisme entre les deux communautés au sujet des négociations en cours est très élevé ». « Tout accord ultérieur nécessitant l'appui des populations dans le cadre de référendums qui seront organisés simultanément, il importe que les dirigeants élaborent des stratégies pour amener leurs mandants à comprendre tous les avantages qui découleraient d'une solution dans de nombreux domaines, notamment sur les plans économique et politique et dans le domaine de la sécurité, ainsi que le fait qu'aucune solution ne serait possible sans compromis », estime-t-il.

Compte tenu des progrès encourageants réalisés à ce jour, il réaffirme le soutien de l'ONU au processus et recommande au Conseil de sécurité de proroger le mandat de la Force des Nations Unies chargée du maintien de la paix à Chypre pour une nouvelle période de six mois, jusqu'au 15 décembre 2009. Cette force comptait au 30 avril 2009, 859 soldats et 69 policiers.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Chypre : Le médiateur de l'ONU 'prudemment optimiste' sur les pourparlers

Le conseiller spécial du Secrétaire général sur Chypre, Alexander Downer, s'est déclaré jeudi « prudemment optimiste » à propos des pourparlers menés sous les auspices de l'ONU sur la réunification de l'île.