Somalie : 45.000 civils ont fui Mogadiscio ces deux dernières semaines

20 mai 2009

Malgré une interruption des combats à Mogadiscio, le nombre de personnes qui ont fui la capitale somalienne ces 12 derniers jours se porte désormais à 45.000, selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

Malgré une interruption des combats à Mogadiscio, le nombre de personnes qui ont fui la capitale somalienne ces 12 derniers jours se porte désormais à 45.000, selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

Un grand nombre d'entre eux ont rejoint les déplacés des camps d'Afgooye, au sud-ouest de la capitale, qui s'étalent à perte de vue depuis deux ans et qui abriteraient quelque 400.000 personnes.

Mais de nombreuses autres personnes n'ont pas pu se permettre le voyage de 30 km et se sont repliés vers d'autres quartiers de Mogadiscio, Dharkeynley et Deyninle, précise le HCR.

Ces nouveaux déplacements sont dus aux combats intenses qui ont éclaté le 8 mai entre le gouvernement et l'opposition du Al-Shabaab et du Hisb-ul-Islam.

Certains des déplacés pensent qu'ils ne pourront jamais retrouver une capitale pacifique et ceux qui venaient de rentrer dans leur pays sont vivement déçus.

En parallèle, le nombre de réfugiés somaliens au Kenya augmente chaque jour. Le HCR n'a toujours pas eu de réponse positive du gouvernement kenyan concernant l'allocation de nouvelles terres pour des camps et le HCR au Kenya souffre d'un important déficit, n'ayant reçu que 16,5 millions de dollars sur un appel de 91,6 millions pour les réfugiés somaliens au camp de Dadaab.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Somalie : Le Conseil de sécurité condamne la reprise des combats

Le Conseil de sécurité a réaffirmé vendredi son appui au gouvernement fédéral de transition de la Somalie et a condamné la récente reprise des combats, « dirigée par al-Shabaab et d'autres extrémistes, qui constitue une tentative de renversement de l'autorité légitime par la force ».