CPI : Un chef rebelle du Darfour comparaît volontairement à La Haye

18 mai 2009

Un commandant rebelle suspecté d'avoir commis des crimes de guerre au Darfour (Soudan), Abu Garda, a comparu lundi volontairement devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, après être arrivé la veille aux Pays-Bas par un vol commercial.

Après son arrivée dimanche, des représentants de la Cour lui avaient notifié l'ordre de comparaitre devant la Chambre préliminaire I lundi. Après un entretien avec son conseil, il avait été conduit dans un lieu assigné par la Cour pour son séjour à La Haye, a précisé la CPI dans un communiqué.

« La comparution volontaire d'Abu Garda peut servir à encourager d'autres suspects encore en fuite à se présenter devant la Cour afin d'être entendus, avec toutes les garanties d'un procès équitable », a déclaré le greffier de la Cour, Silvana Arbia.

C'est la première fois que des juges de la CPI émettent une citation à comparaitre plutôt qu'un mandat d'arrêt. Les juges de la Chambre préliminaire I ont estimé qu'Abu Garda se présentera devant la Cour sans qu'il soit nécessaire de l'arrêter. Abu Garda est également la première personne à comparaître dans le cadre de l'enquête relative au Darfour ouverte en juin 2005.

Membre de la tribu des Zaghawa du Soudan, Abu Garda doit répondre de trois chefs de crimes de guerre qui auraient été commis dans le cadre d'une attaque lancée le 29 septembre 2007 contre la Mission de l'Union africaine au Soudan (MUAS), une mission de maintien de la paix stationnée à la base militaire de Haskanita, dans la localité d'Umm Kadada au Darfour-Nord. Au cours de cette attaque, 12 soldats de la MUAS auraient été tués et huit autres auraient été grièvement blessés.

« Aujourd'hui, nos pensées vont aux officiers du maintien de la paix et aux autres travailleurs des organisations humanitaires qui fournissent une aide et une sécurité essentielle à des millions de personnes vivant dans des pays confrontés à des conflits armés », a déclaré Mme Arbia.

Lors de la première comparution du suspect, le juge Cuno Tarfusser (Italie), l'a informé des crimes qui lui sont reprochés et de ses droits. A la fin de cette audience, Abu Garda est libre de quitter le pays. Il sera tenu de revenir aux Pays-Bas pour assister à une audience de confirmation des charges, qui sera tenue dans un délai raisonnable afin d'examiner s'il y a des motifs substantiels de croire qu'il a commis ces crimes.

De son côté, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a pris note de la comparution de M. Abu Garda, a indiqué sa porte-parole dans une déclaration. "Le Secrétaire général salue les efforts de la Cour pour s'assurer que les auteurs des crimes contre les casques bleus sont poursuivis et souligne que les Nations Unies respectent l'indépendance de la Cour et son processus judiciaire", a-t-elle ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Darfour : Les mandats d'arrêt contre des rebelles reportés pour plus d'information

La Chambre préliminaire I de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé des informations supplémentaires au Procureur de la Cour qui réclame que des mandats d'arrêts soient délivrés à l'encontre de trois commandants rebelles au Darfour (Soudan).