RDC : La MONUC aide l'armée congolaise à ramener la sécurité à Butolonga

11 mai 2009

Le Représentant spécial du Secrétaire des Nations Unies en République Démocratique du Congo (RDC), Alan Doss a condamné dimanche avec vigueur le dernier acte criminel perpétré par les éléments des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) à Butolonga, dans l'Est de la RDC.

« Cet acte est un autre exemple du caractère criminel de ce mouvement et démontre clairement que les FDLR sont des hors lois», a-t-il dit.

Dans la nuit de 8 au 9 mai, vers 2 heures du matin, des éléments des FDLR ont fait irruption dans le village de Butolonga situé au sud ouest de Kanyabanyonga, tirant des coups de feu et incendiant les maisons.

Informé de la situation, le commandant de la base de la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) et le commandant adjoint du secteur 12 des forces armées congolaises (FARDC) à Kanyabanyonga ont immédiatement dépêché une forte patrouille mixte sur les lieux. Celle-ci est arrivée moins d'une heure plus tard pour constater que le village était vide, 131 maisons avaient brûlées et deux personnes identifiées comme des soldats FARDC avaient trouvé la mort. A la vue de cette patrouille, les villageois qui s'étaient réfugiés dans la brousse sont revenus.

L'équipe conjointe MONUC/FARDC est toujours sur les lieux pour rassurer les populations, assurer leur sécurité et examiné les voies et moyens pour une sécurisation à long terme.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : Le HCR transfère des déplacés pour décongestionner des camps

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) et ses partenaires ont commencé jeudi à transférer des personnes déplacées pour décongestionner des camps dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC), a indiqué vendredi un porte-parole du HCR.