Sierra Leone : Le gouvernement renonce à contrôler l'audiovisuel public

4 mai 2009

A l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse dimanche, le gouvernement de Sierra Leone a annoncé qu'il renonçait à contrôler l'audiovisuel public et projetait de créer un nouveau groupe audiovisuel public indépendant, s'est félicité le Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Sierra Leone (UNIPSIL).

Le ministre de l'information et de la communication de Sierra Leone, Ibrahim Ben Kargbo, dont le ministère contrôle actuellement directement l'audiovisuel public, a indiqué qu'un projet de loi créant le nouveau groupe serait soumis à consultations auprès de la société civile dès cette semaine et serait ensuite formellement envoyé au parlement pour débat et approbation.

« C'est notre propre décision, prise sans pression de quiconque, de renoncer au contrôle de l'audiovisuel d'Etat et de créer un nouveau groupe géré par un conseil d'administration indépendant, où toutes les voix seront entendues », a dit M. Kargbo. « Nous pensons avoir atteint l'étape du développement démocratique dans notre pays où c'est la juste mesure à prendre », a-t-il ajouté.

Si le projet de loi est adopté, cette réforme ferait de Sierra Leone un des rares pays à avoir volontairement remplacé un service audiovisuel gouvernemental par un groupe audiovisuel national indépendant, a affirmé le ministre. Une telle réforme a souvent été déclenchée dans d'autres pays par un bouleversement politique comme dans les pays d'Europe orientale après la chute du Mur de Berlin ou en Afrique du Sud après l'abolition de l'apartheid.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Sierra Leone : La paix menacée par la corruption, la drogue et le chômage

Bien que le pays soit sur la bonne voie, la consolidation de la paix en Sierra Leone demeure menacée par la corruption, le trafic de stupéfiants et le chômage des jeunes, a estimé lundi le représentant du Secrétaire général, Michael von der Schulenburg, devant le Conseil de sécurité.