Crise : Les pays pauvres ont besoin d'un aménagement temporaire de leur dette

30 avril 2009

Les pays pauvres ont besoin d'un aménagement temporaire de leur dette pour leur permettre de respirer économiquement face à la crise économique mondiale, selon le secrétaire général de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), Supachai Panitchpakdi.

Les pays pauvres ont besoin d'un aménagement temporaire de leur dette pour leur permettre de respirer économiquement face à la crise économique mondiale, selon le secrétaire général de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), Supachai Panitchpakdi.

Les pays en développement endettés vont particulièrement souffrir si on ne leur accorde pas un sursis pour leurs obligations en matière de dette, a dit M. Panitchpakdi lors d'une réunion de haut niveau cette semaine à New York.

« Dans la situation de crise mondiale actuelle, les pays débiteurs et créditeurs tireraient davantage de bénéfices si les revenus en devises étrangères des économies débitrices étaient utilisés pour l'achat de produits importés au lieu d'être utilisés pour payer la dette », a-t-il déclaré.

Selon lui, cela est d'autant plus important que les pays en développement ont vu une baisse de leurs exportations, une diminution des investissements étrangers, une réduction des sommes d'argent envoyées par leurs ressortissants travaillant à l'étranger, ainsi qu'une augmentation des difficultés financières et sociales.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ban : Le système de gouvernance économique mondial est inadéquat

La crise économique et financière mondiale a prouvé que le système actuel de gouvernance économique mondial n'était plus adéquat pour répondre au défis qui se posent aujourd'hui, a déclaré lundi le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, lors d'une réunion spéciale de haut niveau du Conseil économique et social (ECOSOC) au siège de l'ONU avec les institutions de Bretton Woods, l'Organisation mondiale du commerce et la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement.