Grippe A(H1N1) : Pas d'aggravation de la situation, selon l'OMS

30 avril 2009

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré jeudi que l'épidémie de grippe A(H1N1) dans le monde continuait d'évoluer mais qu'elle ne voyait pas de raison pour l'instant de relever à nouveau son niveau d'alerte, qui est passé à la phase 5 mercredi soir.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré jeudi que l'épidémie de grippe A(H1N1) dans le monde continuait d'évoluer mais qu'elle ne voyait pas de raison pour l'instant de relever à nouveau son niveau d'alerte, qui est passé à la phase 5 mercredi soir.

« Aujourd'hui, nous n'avons pas d'éléments nous indiquant que nous devrions relever le niveau à la phase 6 (le plus haut niveau d'alerte)», a déclaré le sous-directeur pour la sécurité de la santé et l'environnement à l'OMS, Keiji Fukuda, lors d'un point de presse téléphonique depuis Genève.

« La situation continue d'évoluer. On voit des pays signalant de nouveaux cas », a-t-il ajouté. Il a indiqué que le nombre de cas de grippe A(H1N1) vérifiés en laboratoire atteignait désormais 257, contre 148 la veille. La plus grande augmentation vient du Mexique qui signale 97 cas confirmés en laboratoire contre 26 cas mercredi. Cela est dû à des retards dans la confirmation de cas suspects.

Des cas de grippe ont été signalés au Mexique, aux Etats-Unis, au Canada, en Israël, en Espagne, au Royaume-Uni, en Nouvelle Zélande, en Allemagne, en Autriche, aux Pays-Bas et en Suisse.

L'OMS a indiqué qu'elle avait commencé à distribuer des médicaments contre la grippe à des pays en développement et qu'une partie des stocks disponibles étaient en particulier envoyés au Mexique. La compagnie pharmaceutique suisse Roche a augmenté sa production antiviraux et prévoit de fournir à l'OMS des stocks supplémentaires de médicaments, a ajouté l'organisation.

Mercredi soir, la directrice générale de l'OMS, Margaret Chan, a annoncé que l'organisation avait décidé de relever son niveau d'alerte de la phase 4 à la phase 5 en raison de la propagation de la grippe A(H1N1), appelée aussi "grippe porcine" à travers le monde.

Selon l'OMS, la phase 5 se caractérise par « une propagation interhumaine du virus dans au moins deux pays d'une région de l'OMS. Si la plupart des pays ne sont pas touchés à ce stade, la déclaration de la phase 5 est un signal fort indiquant qu'une pandémie est imminente et qu'il reste peu de temps pour finaliser l'organisation, la diffusion et la mise en oeuvre des mesures d'atténuation prévues ».

En début de semaine, l'OMS avait déjà relevé son niveau d'alerte, de la phase 3 à la phase 4. La phase 4 signifiait que l'épidémie se caractérisait par la transmission interhumaine vérifiée d'un virus grippal réassorti animal ou animal-humain capable de provoquer des « flambées à l'échelon communautaire ».

La phase 6, dite aussi phase de pandémie, se caractérise par des flambées à l'échelon communautaire dans au moins un pays d'une autre Région de l'OMS en plus des critères définis à la phase 5. La déclaration de cette phase indiquera qu'une pandémie mondiale est en cours.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La grippe A(H1N1), ce qu'il faut savoir, selon l'OMS

Face à la multiplication des cas de grippe A(H1N1) enregistrés chez l'homme dans plusieurs pays, dont le Mexique, les Etats-Unis et le Canada, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) explique ce qu'il faut savoir sur cette maladie et sur ses répercussions sur la santé humaine.