Côte d'Ivoire : La question de la réunification ralentit le processus électoral

28 avril 2009

La question de la réunification en Côte d'Ivoire a été privilégiée ces quatre derniers mois par les principaux protagonistes de l'Accord politique de Ouagadougou, entraînant un ralentissement du processus électoral, a déclaré mardi le représentant spécial du Secrétaire général pour la Côte d'Ivoire, Choi Young-Jin devant le Conseil de sécurité.

En présentant le dernier rapport du Secrétaire général sur l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI), M. Choi a expliqué qu'en 2008 une « forte volonté politique parmi les dirigeants politiques ivoiriens avait permis une avancée du processus électoral » mais qu'« au début de 2009, cet élan semblait s'être ralenti considérablement » en raison d'un « changement de priorité politique entre les protagonistes de l'Accord politique de Ouagadougou ».

Le quatrième accord complémentaire -Ouaga IV-, qui avait été adopté le 22 décembre 2008, a inversé l'ordre des opérations établi dans le troisième accord complémentaire –Ouaga III-, qui prévoyait que les élections auraient lieu avant l'achèvement du processus de réunification.

Les mesures devant être prises au moins deux mois avant la tenue des élections comprennent, entre autres, le transfert d'autorité des commandants de zone au corps préfectoral, la centralisation du trésor, le démantèlement des milices et la réintégration des éléments des Forces nouvelles dans les forces de défense et de sécurité ivoiriennes et le versement d'environ 1.000 dollars aux anciens combattants et miliciens.

Par conséquent, a dit M. Choi, « tout nouveau calendrier électoral dépendra désormais des progrès enregistrés dans le processus de réunification ».

Le chef de l'ONUCI a notamment relevé que des objectifs et des dates butoir n'avaient pas été respectés en raison de vues et de stratégies divergentes concernant certains éléments essentiels du processus de réunification. Selon lui, « il convient d'avoir une réflexion approfondie sur le problème de la réunification ivoirienne en vue d'apporter une contribution importante dans ce domaine, et, par extension, d'accélérer le processus électoral ».

De son côté, le représentant de la Côte d'Ivoire, Alcide Djedje, a affirmé que le processus de paix en Côte d'Ivoire n'était pas dans l'impasse. « La décision politique a déjà été prise: le premier tour des élections présidentielles en Côte d'Ivoire ne se déroulera pas au-delà du 6 décembre 2009 », a-t-il déclaré. La date exacte sera annoncée par le Président de la République dans les tous prochains jours, a-t-il précisé.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Côte d'Ivoire : La publication d'un calendrier électoral est nécessaire – Ban

La publication d'un calendrier pour les élections en Côte d'Ivoire est nécessaire pour donner un nouvel élan au processus électoral et permettre la tenue de ces élections avant la fin 2009, estime le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans un rapport publié lundi.