Paludisme : L'ONU se félicite des succès et appelle à redoubler d'efforts

24 avril 2009

Des progrès ont été accomplis dans la lutte contre le paludisme, en Afrique en particulier, là où la prévalence de la maladie est la plus élevée, mais il faut redoubler d'efforts contre ce fléau mondial, a déclaré le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) lors de la publication vendredi d'un rapport à la veille de la Journée mondiale du paludisme.

Des progrès ont été accomplis dans la lutte contre le paludisme, en Afrique en particulier, là où la prévalence de la maladie est la plus élevée, mais il faut redoubler d'efforts contre ce fléau mondial, a déclaré le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) lors de la publication vendredi d'un rapport à la veille de la Journée mondiale du paludisme.

« Pour la première fois dans l'histoire, nous sommes sur le point de faire du paludisme une cause rare de décès et d'invalidité », a dit la directrice générale de l'UNICEF Ann Veneman. « Le rapport montre que les pays d'endémie africains ont reçu au cours de la période 2004-2008 suffisamment de moustiquaires pour couvrir plus de 40% de leurs populations à risque. »

Les données présentées dans le rapport intitulé « Paludisme et enfants : progrès dans la couverture des interventions », une initiative commune du partenariat 'Faire reculer le paludisme' et du Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, montrent d'importants signes de progrès dans la lutte contre le paludisme dans toute l'Afrique, et témoignent en particulier de l'augmentation du nombre de moustiquaires traitées à l'insecticide qui ont été distribuées. Depuis 2004, le nombre de ces moustiquaires produites dans le monde a plus que triplé, passant de 30 millions à 100 millions en 2008.

« Chaque année, cependant, cette maladie tue un million de personnes selon les estimations, pour la plupart des enfants d'Afrique, » a rappelé Mme Veneman « et le paludisme affecte également environ 50 millions de femmes enceintes chaque année, contribuant à l'anémie maternelle, à la naissance de bébés souffrant d'insuffisance pondérale, et même aux décès maternels. »

Cette année, le thème de la Journée mondiale du paludisme, célébrée le 25 avril, est « Le compte à rebours est lancé ». Il reste en effet à peine 600 jours avant le 31 décembre 2010, date limite fixée par le Secrétaire général à laquelle tous les pays d'endémie devraient assurer une couverture universelle au moyen d'interventions antipaludiques essentielles.

« En faisant passer à vaste échelle les interventions efficaces, on a fait reculer le nombre de cas de paludisme, et de décès, dans les établissements de santé de nombreux pays, y compris l'Érythrée, le Rwanda, la Zambie et Madagascar », a affirmé Mme Veneman. « Et cela a permis d'alléger le fardeau d'hôpitaux et de cliniques surchargés et aussi de diminuer le nombre de personnes incapables d'aller au travail ou à l'école à cause de la maladie. »

De son côté, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, estime dans un message à l'occasion de la Journée mondiale du paludisme que celle-ci est « plus qu'une commémoration ». « Il est temps de rassembler nos forces pour stopper cette maladie ».

« En ces temps de crise économique, nous devons protéger les investissements en matière de santé mondiale et ne pas laisser cette maladie remonter », ajoute-t-il.

Pour sa part, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) indique qu'une évaluation indépendante sur les tests de diagnostic rapide du paludisme montre que certains tests actuellement sur le marché sont exceptionnellement efficaces sous les températures tropicales permettant même de dépister des densités parasitaires faibles dans les prélèvements sanguins.

« D'autres, en revanche, ne dépistent les plasmodies que lorsque leur densité est élevée », ajoute l'agence des Nations Unies dans un communiqué publié vendredi.

Quarante et un tests de diagnostic rapide trouvés dans le commerce ont été soumis à une évaluation de laboratoire en aveugle. Les résultats permettront aux pays de choisir en connaissance de cause parmi les dizaines de tests disponibles dans le commerce les mieux adaptés aux conditions locales.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Paludisme : la Zambie réduit de 66% le nombre de décès

La Zambie a enregistré une réduction de 66% de la mortalité due au paludisme grâce à la lutte intense menée contre la maladie, s'est félicitée jeudi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).