Paludisme : la Zambie réduit de 66% le nombre de décès

23 avril 2009

La Zambie a enregistré une réduction de 66% de la mortalité due au paludisme grâce à la lutte intense menée contre la maladie, s'est félicitée jeudi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

La Zambie a enregistré une réduction de 66% de la mortalité due au paludisme grâce à la lutte intense menée contre la maladie, s'est félicitée jeudi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

« D'autres données confirment que le pays a atteint l'objectif fixé par le Partenariat 'Faire reculer le paludisme' d'une réduction d'ici à 2010 de plus de 50% de la mortalité palustre par rapport à l'an 2000. Les efforts consentis par la Zambie serviront de modèle pour d'autres pays à l'occasion de la Journée mondiale du paludisme, le 25 avril », précise un communiqué.

La baisse en Zambie a été particulièrement prononcée après la distribution de 3,6 millions de moustiquaires imprégnées d'insecticide à action prolongée entre 2006 et 2008. Au cours de cette période, les décès par paludisme ont diminué de 47% et des enquêtes nationales ont fait apparaître une diminution de 53% de la prévalence du parasite -qui a été ramenée de 21,8% à 10,2%- alors que le pourcentage des enfants atteints d'anémie sévère a diminué de 68%, étant ramené de 13,3% à 4,3%. L'anémie modérée et sévère chez l'enfant est due le plus souvent au paludisme.

Le paludisme représente une charge considérable pour les pays africains. Les activités accélérées de lutte antipaludique ont commencé en Zambie en 2003 par la distribution de quelque 500.000 moustiquaires imprégnées d'insecticide et l'introduction de l'association médicamenteuse comprenant de l'artémisinine (ACT) dans sept districts pilotes grâce à un don du Fonds mondial.

Depuis, le ministère zambien de la Santé, avec des dons d'un montant total de 120 millions de dollars du Fonds mondial ainsi qu'un appui reçu d'autres partenaires, notamment la President's Malaria Initiative (PMI), le Partenariat pour la lutte antipaludique et le suivi en Afrique (MACEPA) et le Programme renforcé de la Banque mondiale pour la lutte contre le paludisme, a pu élargir encore les activités de lutte.

En 2006-2007, des stocks importants de moustiquaires imprégnées d'insecticide et d'ACT ont été distribués alors qu'on assurait déjà la pulvérisation à effet rémanent à l'intérieur des habitations dans 15 des 72 districts zambiens. En 2006 et 2007, des moustiquaires imprégnées d'insecticide ont été distribuées à l'ensemble de la population et non plus seulement aux enfants et aux femmes enceintes qui étaient les principaux bénéficiaires dans les campagnes précédentes.

Dans les pays à transmission faible et modérée, il semble que l'objectif d'une réduction de plus de 75% pourrait être atteinte plusieurs années avant la date fixée de 2015. Des mesures énergiques de lutte antipaludique comparables à celles de la Zambie pourraient permettre aux pays africains de progresser rapidement en vue d'atteindre l'objectif du Millénaire pour le développement concernant la survie de l'enfant, à savoir une réduction des deux tiers de la mortalité de l'enfant en 2015.

Vendredi s'ouvre à Washington le sommet intitulé « Le monde uni contre le paludisme », à la veille de la Journée mondiale du Paludisme.

L'objectif du sommet est de reconnaître le rôle important que peuvent jouer les organisations religieuses dans la lutte contre la maladie. L'envoyé spécial du Secrétaire général sur le paludisme, Ray Chambers, appellera chrétiens, musulmans et les autres à vaincre un ennemi commun.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Fonds mondial lance un nouveau partenariat contre le paludisme

Un partenariat international intitulé « Médicaments accessibles contre le paludisme » a été lancé ce vendredi afin de permettre l'accès aux médicaments contre le paludisme à des millions de personnes, notamment des enfants, vivant dans des pays d'Afrique et d'Asie, a annoncé le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.