L'ONU a renforcé son arsenal de diplomatie préventive

21 avril 2009
B. Lynn Pascoe, Secrétaire général adjoint aux Affaires politiques

Depuis le mois de septembre 2008, l'ONU a pu renforcer son arsenal de diplomatie préventive et souhaiterait y recourir plus souvent si son budget le lui permettait, a affirmé mardi B. Lynn Pascoe, Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, lors d'une séance du Conseil de sécurité.

M. Pascoe a présenté le rapport que le Conseil de sécurité avait demandé au Secrétaire général dans sa déclaration présidentielle adoptée lors du dernier débat sur la question des médiations, en septembre 2008. Ce rapport appelle à un recours plus systématique à la diplomatie préventive, indique un communiqué.

« Il y souligne également que la médiation doit constituer une partie centrale des activités de maintien et de consolidation de la paix », a relevé M. Pascoe. Il a cité comme exemples les efforts déployés ces dernières semaines par le chef du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Sierra Leone, Michael Schulenberg, pour encourager le dialogue et atténuer les tensions politiques dans ce pays, ou ceux du représentant spécial du Secrétaire général, Alan Doss, et de l'ancien président du Nigéria, Olusegun Obasanjo, pour rétablir la paix en République démocratique du Congo (RDC).

Le Secrétaire général adjoint s'est ensuite félicité du soutien financier et politique des États Membres, par le biais du budget ordinaire et des contributions volontaires, qui a permis de renforcer le Département des affaires politiques de l'ONU et d'y établir un Groupe d'appui à la médiation.

Le Groupe d'appui à la médiation a été complété par un groupe d'experts chargés d'aider des équipes sur le terrain, de fournir un appui analytique et de financer des consultations menées avec les parties.

Le Département a pu ainsi soutenir les efforts de médiation en cours dans plus de 20 processus de paix au cours de l'année écoulée, que ce soit en Somalie, en République centrafricaine, à Chypre, au Népal et en Iraq. Le Département a également appuyé des missions relevant du Département des affaires politiques au Darfour, au Kosovo et en RDC, ainsi que les processus de médiation engagés par des organisations régionales, comme c'est actuellement le cas au Kenya et aux Comores.

Le rapport rappelle que les Nations Unies n'ont pas de monopole sur la médiation, a noté B. Lynn Pascoe, qui a ajouté que ce constat s'applique aussi à l'accumulation de connaissances et de meilleures pratiques en ce domaine. C'est la raison pour laquelle le Département des affaires politiques a supervisé l'établissement d'une base de données intitulée « UN Peacemaker », dans lequel ont été impliqués tous les partenaires du Département.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.