Afghanistan : L'UNESCO demande à Karzaï d'empêcher l'entrée en vigueur d'une loi

17 avril 2009

Le directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, a demandé vendredi au président afghan Hamid Karzaï d'empêcher l'entrée en vigueur d'un projet de loi sur le statut personnel chiite dont plusieurs dispositions vont à l'encontre du droit à l'éducation, du principe de l'égalité entre les hommes et les femmes, et des droits des enfants promus par l'UNESCO.

Le directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, a demandé vendredi au président afghan Hamid Karzaï d'empêcher l'entrée en vigueur d'un projet de loi sur le statut personnel chiite dont plusieurs dispositions vont à l'encontre du droit à l'éducation, du principe de l'égalité entre les hommes et les femmes, et des droits des enfants promus par l'UNESCO.

Le projet de loi réglemente le statut personnel des membres de la communauté minoritaire chiite, dont les relations entre les hommes et les femmes, le divorce et les droits en matière de propriété.

Dans un courrier adressé au président Karzaï, M. Matsuura rend hommage aux progrès considérables accomplis par le gouvernement afghan dans de nombreux domaines, y compris l'éducation, dont le droit est reconnu par les articles 43 et 44 de la constitution de ce pays.

Mais, il se déclare particulièrement préoccupé par le projet de loi, adopté par le parlement afghan, qui comporte des dispositions qui contredisent plusieurs principes reconnus par les Nations Unies et l'UNESCO, en particulier la Déclaration universelle des droits de l'homme.

L'Acte constitutif de l'UNESCO défend le respect universel des droits de l'homme et des libertés fondamentales, et précise « sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion ». De même, à propos d'éducation pour tous, le texte ajoute « sans distinction de race, de sexe ni d'aucune condition économique ou sociale ».

La priorité de l'UNESCO en faveur de l'égalité des sexes se traduit par un plan d'action qui garantit que les droits et besoins spécifiques des femmes sont pris en compte dans tous les programmes de l'Organisation. En particulier l'accès à l'éducation des filles et des femmes sans restriction qui est, dans toutes les sociétés, une condition du développement social, économique, d'une meilleure santé et de meilleures conditions de vie, souligne l'Organisation.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Afghanistan : Pillay dénonce une loi restreignant les droits des femmes

La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a appelé jeudi le gouvernement afghan à annuler une nouvelle loi signée par le Président Hamid Karzaï, estimant qu'elle restreint sérieusement les droits des femmes en Afghanistan et est contraire à la constitution afghane et aux normes universelles en matière de droits de l'homme.