Sahara occidental : Ban demande au Conseil de sécurité d'appeler aux négociations

15 avril 2009
Enfants sahraouis dans l'école d'un camp en Algérie

Le Secrétaire général a recommandé au Conseil de sécurité de réitérer son appel aux parties pour qu'elles négocient de bonne foi et sans condition, dans son dernier rapport sur la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO).

Le Secrétaire général a recommandé au Conseil de sécurité de réitérer son appel aux parties pour qu'elles négocient de bonne foi et sans condition, dans son dernier rapport sur la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO).

Ban Ki-moon souhaite que le Conseil appelle les parties à faire preuve de volonté politique, à participer à des discussions substantielles et à assurer le succès des négociations.

L'Envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara occidental, Christopher Ross a proposé aux parties de tenir une ou plusieurs petites réunions préparatoires informelles pour faciliter le prochain cycle des négociations, selon le rapport.

Ce dernier recommande également au Conseil de sécurité de proroger d'un an, jusqu'au 30 avril 2010,le mandat de la MINURSO.

Sous administration espagnole jusqu´en 1976, le Sahara occidental a été revendiqué par le Maroc et la Mauritanie, suscitant l'opposition du Front populaire pour la libération de la Saguía-el-Hamra et du Río de Oro, dit Front POLISARIO. En 1976, les Nations Unies ont cherché un règlement à la question du territoire après des combats entre le Maroc - qui a décidé de "réintégrer" le Sahara occidental à son territoire - et le Front POLISARIO, soutenu par l'Algérie. La Mauritanie a quant à elle renoncé à toute prétention sur leSahara occidental en 1979.

A l'heure actuelle, l'ONU joue un rôle dans les négociations sur le statut du territoire et y maintient une mission, la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO), déployée en septembre 1991 afin de surveiller le cessez-le-feu et d´organiser un référendum qui permettrait aux habitants du Saharaoccidental habilités à voter de décider du statut futur du territoire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.