Guinée Bissau : Le Conseil de sécurité appelle à une élection présidentielle libre

9 avril 2009

Le Conseil de sécurité a exhorté jeudi le gouvernement et tous les acteurs politiques de la Guinée Bissau à « créer des conditions optimales pour la tenue d'une élection présidentielle libre, régulière, transparente et crédible », le 28 juin prochain.

Dans une déclaration lue, au nom de tous ses membres par son Président, le représentant du Mexique, Claude Heller, le Conseil de sécurité exhorte également les dirigeants des forces armées « à honorer sans réserve l'engagement qu'ils ont pris de respecter les autorités nationales et de se conformer à l'ordre constitutionnel ».

Cette déclaration intervient au lendemain d'une séance du Conseil consacrée à la présentation du rapport du Secrétaire général sur l'évolution de la situation en Guinée-Bissau.

Le Conseil « souligne l'importance de la réconciliation nationale et de la lutte contre l'impunité » et « engage la communauté internationale à appuyer la Commission chargée d'enquêter sur l'assassinat », les 1er et 2 mars dernier, du Président João Bernardo Vieira et du chef d'état-major des armées Tagme Na Waie.

Les membres du Conseil condamnent également « les cas récents de détentions arbitraires, d'attaques armées et d'intimidation et exige que les droits de l'homme et les libertés fondamentales du peuple bissau-guinéen soient pleinement protégés ».

Le Conseil souligne enfin qu'il demeure gravement préoccupé par l'intensification du trafic de drogues et de la criminalité transnationale organisée en Guinée-Bissau et dans la sous-région.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Guinée Bissau : L'ONU plaide pour une enquête sur l'assassinat du Président

Les assassinats du Président bissau guinéen et du chef d'état-major de l'armée témoignent de la fragilité de la situation de la Guinée Bissau, qui a besoin de l'aide internationale pour surmonter les défis politiques et économiques et en matière de sécurité, a déclaré mercredi devant le Conseil de sécurité le représentant spécial du Secrétaire général dans ce pays, Joseph Mutaboba.