Rwanda : Prévenir les génocides est la responsabilité de tous - Ban

7 avril 2009
Des employés devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda, à Arusha (Tanzanie).

La prévention des génocides est la responsabilité de tous, affirme le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans un message à l'occasion de la commémoration mardi du quinzième anniversaire du génocide au Rwanda.

« Les Nations Unies continuent leur action vitale pour éviter les tragédies à l'avenir. Nous avons intensifié nos efforts de prévention des conflits et renforcé notre capacité de médiation. Nous faisons plus pour protéger les civils dans les conflits armés », souligne M. Ban dans ce message.

Selon lui, « le Tribunal pénal international pour le Rwanda et les autres tribunaux internationaux envoient le message sans ambiguïté que le monde ne saurait tolérer l'impunité pour les violations flagrantes du droit international des droits de l'homme et du droit international humanitaire ».

« Mon Conseiller spécial sur la prévention du génocide surveille la situation dans le monde pour repérer les signes de problèmes potentiels. La doctrine de la 'responsabilité de protéger', quand à elle, renforce les mécanismes de prévention, de protection, d'intervention et de reconstruction de l'ONU », précise le Secrétaire général.

« La responsabilité de la prévention du génocide est une responsabilité collective. Ce n'est qu'en relevant ce défi que nous pourrons être à la hauteur de la volonté résolue des survivants et véritablement honorer la mémoire de ceux qui sont morts au Rwanda il y a 15 ans », ajoute-t-il.

Entre avril et juillet 1994, environ 800.000 Tutsis et Hutus modérés ont été tués au Rwanda par le gouvernement de l'époque et la population prônant la suprématie hutue.

Le Secrétaire général a participé mardi après-midi à une cérémonie de commémoration organisé par le Département de l'information et la mission permanente du Rwanda auprès de l'ONU dans la salle du Conseil de tutelle, au siège des Nations Unies à New York.

Il a rappelé qu'il y a quelques années, avant de devenir Secrétaire général, il s'était rendu au Mémorial du Génocide à Kigali et qu'il y était retourné une fois à la tête de l'ONU. “Les mots ne sont pas assez forts pour décrire ce que je ressentais. Je pleurais. Je ne pouvais pas exprimer mon horreur, le chagrin que je ressentais pour toutes ces victimes et ces familles », a dit M. Ban lors de la cérémonie.

« Cela a renforcé ma détermination à faire tout ce qui est en mon pouvoir de Secrétaire général pour prévenir une telle tragédie », a-t-il ajouté, rappelant qu'il avait nommé le Pr Francis Deng comme Conseiller spécial sur la prévention du génocide.

Le silence des 800.000 victimes innocentes « hantera notre conscience collective », a dit Ban Ki-moon. Il a souligné le travail du Tribunal pénal international pour le Rwanda et celui des casques bleus en République démocratique du Congo (RDC) qui apportent leur soutien à la neutralisation des Interahamwe dans l'Est du pays.

Deux expositions de photos sur les survivants du génocide rwandais ont également été inaugurées mardi après-midi au siège des Nations Unies.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.