Afghanistan : Pillay dénonce une loi restreignant les droits des femmes

2 avril 2009

La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a appelé jeudi le gouvernement afghan à annuler une nouvelle loi signée par le Président Hamid Karzaï, estimant qu'elle restreint sérieusement les droits des femmes en Afghanistan et est contraire à la constitution afghane et aux normes universelles en matière de droits de l'homme.

La nouvelle loi, qui n'a pas encore été publiée, a été adoptée par les deux chambres du parlement d'Afghanistan avant sa signature par le Président afghan. Elle réglemente le statut personnel des membres de la communauté minoritaire chiite, dont les relations entre les hommes et les femmes, le divorce et les droits en matière de propriété.

« Il s'agit d'un nouveau signe clair que la situation des droits de l'homme en Afghanistan empire », a dit Mme Pillay. « Le respect des droits des femmes, et des droits de l'homme en général, est d'une importance capitale pour la sécurité et le développement futurs de l'Afghanistan. Cette loi est un grand pas dans la mauvaise direction ».

La nouvelle loi nie aux femmes chiites afghanes le droit de quitter leurs domiciles si ce n'est pour des raisons « légitimes » ; elle leur interdit de travailler et de recevoir une éducation sans l'autorisation expresse de leur mari ; elle permet explicitement le viol conjugal ; elle réduit le droit des mères à avoir la garde de leurs enfants dans le cas d'un divorce ; elle rend impossible pour les épouses d'hériter des maisons et des terres de leur mari, même si le mari peut hériter de la propriété de sa femme.

La communauté chiite afghane est composée principalement de la minorité Hazara, qui représente environ 10% de la population d'Afghanistan.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Les détentions arbitraires trop fréquentes en Afghanistan

L'ONU en Afghanistan a rendu public jeudi un important rapport sur les détentions arbitraires, qui montre que la population est souvent emprisonnée sans justification légale et est privée des droits consacrés dans la Constitution afghane.