A Doha, Ban demande au Soudan de réintégrer les ONG expulsées

30 mars 2009

Au sommet de la Ligue des Etats arabes réuni à Doha (Qatar), le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a lancé lundi un appel au gouvernement soudanais lui demandant d'annuler sa décision d'expulser des ONG opérant au Darfour et dans d'autres régions du pays.

M. Ban s'est dit extrêmement préoccupé par cette décision d'expulser des ONG internationales cruciales mais aussi de suspendre trois ONG nationales qui fournissent des services vitaux à plus d'un million de personnes.

Evoquant la crise économique et les conflits armés, le Secrétaire général a estimé que « le monde arabe faisait face aujourd'hui à l'insécurité et qu'il risquait davantage à l'avenir », a rapporté la porte-parole du Secrétaire général, Michèle Montas, lors de son point de presse quotidien, au siège de l'ONU, à New York.

La porte-parole a précisé que Ban Ki-moon n'avait pas rencontré à la conférence le président soudanais Omar Al-Bachir qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt lancé par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité au Darfour, ni aucun autre responsable soudanais.

S'agissant du Liban, le Secrétaire général a espéré que se tiendraient des élections libres et transparentes le 7 juin.

Il a souligné concernant la Somalie que le pays bénéficiait d'une « rare fenêtre d'opportunité ».

En marge du sommet, M. Ban a rencontré en tête à tête le Secrétaire général de la Ligue des Etats arabes, Amre Moussa ainsi que le Secrétaire général de l'Organisation de la conférence islamique, le Président des Emirats arabes unis et le ministre des Affaires étrangères de la Norvège.

Dimanche, il avait rencontré l'Emir du Qatar, les Présidents du Liban, de l'Autorité palestinienne, de la Somalie et de la Syrie.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Darfour : La capacité d'assistance de l'ONU au plus bas

Après la décision du gouvernement soudanais d'expulser 16 organisations non gouvernementales (ONG) cruciales dans le domaine humanitaire, l'ONU en est réduite à trouver les moyens de pallier aux manques créés au Darfour par cette décision, a déploré jeudi le responsable humanitaire de l'ONU actuel, John Holmes.