Equateur : Enregistrement itinérant pour les réfugiés colombiens

27 mars 2009
Réfugiés colombiens en Equateur (HCR)

Une équipe itinérante de 50 fonctionnaires, financée par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), a commencé cette semaine à travailler à l'enregistrement et à la fourniture de documents d'identité à quelque 50.000 réfugiés colombiens ayant fui l'insécurité de leur pays natal pour s'installer dans le nord de l'Equateur.

Une équipe itinérante de 50 fonctionnaires, financée par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), a commencé cette semaine à travailler à l'enregistrement et à la fourniture de documents d'identité à quelque 50.000 réfugiés colombiens ayant fui l'insécurité de leur pays natal pour s'installer dans le nord de l'Equateur.

Le projet appelé « Enregistrement avancé » est sans précédent en Amérique latine. Il a commencé lundi dans la petite communauté de Muisne, dans la province d'Esmeraldas, et il se poursuivra durant un an au moins. Il couvrira chaque province le long de la frontière nord de l'Equateur, a précisé vendredi un porte-parole de l'agence des Nations Unies lors d'un point de presse à Genève.

Le HCR soutient le gouvernement équatorien dans cet effort logistique compliqué, qui coûtera la somme de deux millions de dollars – dont 80% est fournie par le HCR. Le solde sera financé par le gouvernement. Actuellement, le HCR fait face à un déficit de 800 000 dollars que nous devrons collecter auprès des pays donateurs.

L'importance du projet « Enregistrement avancé » est de deux ordres : d'une part, il raccourcit la période d'attente pour une décision gouvernementale concernant les demandes d'asile de plusieurs mois à tout juste 24 heures. D'autre part, il amène le processus d'asile sur le terrain, où vivent de nombreux réfugiés depuis des années sans pouvoir avoir accès aux systèmes d'asile qui se trouvent en zone urbaine car ils n'avaient pas les ressources ou parce qu'ils craignaient d'être arrêtés.

Au cours des trois premiers jours du projet « Enregistrement avancé », plus de 200 personnes ont reçu des visas de réfugié. Alors que les équipes itinérantes se dirigent vers le nord de la province Esmeraldas, les chiffres devraient augmenter du fait de la présence de nombreux Colombiens près de la frontière.

Les fonctionnaires qui mènent à bien ce projet ont été récemment recrutés et formés par le gouvernement équatorien et le HCR. Au total, le projet nécessitait l'achat de plus de 40 ordinateurs, de générateurs, de neuf véhicules, de matériel de visibilité et de la mise en œuvre d'une campagne de communication, le tout fourni par le HCR.

Actuellement, on compte 22.000 réfugiés enregistrés en Equateur, mais le gouvernement et le HCR estiment que le nombre total de personnes ayant besoin de protection internationale pourrait s'approcher de 135.000.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.