L'UNESCO condamne le meurtre d'un reporter afghan

25 mars 2009

Le directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, a condamné mercredi le meurtre du reporter afghan Jawed Ahmad, abattu le 10 mars à Kandahar, au sud de l'Afghanistan.

Le directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, a condamné mercredi le meurtre du reporter afghan Jawed Ahmad, abattu le 10 mars à Kandahar, au sud de l'Afghanistan.

« Je condamne le meurtre de Jawed Ahmad. En s'en prenant à la vie de ce reporter talentueux, on a privé la société afghane d'un courageux défenseur du débat démocratique et de ce droit fondamental qu'est la liberté d'expression », a dit M. Matsuura.

Egalement connu sous le pseudonyme de Jojo Yazemi, Jawed Ahmad travaillait pour des médias canadiens, dont CTV News. Il a été tué par balles par deux inconnus alors qu'il descendait de voiture dans le centre de Kandahar.

Selon Reporters sans frontières, plusieurs journalistes afghans ont déclaré qu'ils soupçonnaient les talibans d'être derrière ce meurtre. Jawed Ahmad avait été arrêté par l'armée américaine en novembre 2007 pour des contacts qu'il aurait eu avec les talibans. Il avait été libéré onze mois plus tard.

Toujours selon Reporters sans frontières, Jawed Ahmad avait affirmé qu'en tant que reporter travaillant dans cette partie méridionale de l'Afghanistan, il se devait d'avoir des contacts avec les talibans.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Afghanistan : Pillay inquiète de la détérioration des droits fondamentaux

En présentant aujourd’hui son rapport annuel sur l’Afghanistan au Conseil des droits de l’homme à Genève, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a fait état d’une détérioration de la situation des droits de l’homme dans ce pays.