RDC : Le Greffier de la CPI rencontre les communautés affectées d’Ituri

20 mars 2009

Dans le cadre de sa visite en République démocratique du Congo, le Greffier de la Cour pénale internationale (CPI), Silvana Arbia, s’est rendue du 18 au 20 mars dans le district d’Ituri, où elle a insisté sur le fait que la justice n’était pas opposée à la paix, lors de sessions de sensibilisation avec les populations affectées, les autorités locales, les représentants des confessions religieuses, les ONG et les journalistes.

Dans le cadre de sa visite en République démocratique du Congo, le Greffier de la Cour pénale internationale (CPI), Silvana Arbia, s'est rendue du 18 au 20 mars dans le district d'Ituri, où elle a insisté sur le fait que la justice n'était pas opposée à la paix, lors de sessions de sensibilisation avec les populations affectées, les autorités locales, les représentants des confessions religieuses, les ONG et les journalistes.

A Kasenyi, un village à 55 Km au sud de la capitale de l''Ituri, Bunia, plus de six cent personnes sont venues rencontrer Mme Arbia. Après son mot d'introduction, la vidéo d'un résumé d'audience du procès Lubanga et un extrait de la déclaration liminaire de sa défense ont été projetés. A l'issue de cette projection, les participants ont fait part au Greffier de la Cour de leurs préoccupations. Les questions ont tourné principalement autour du déroulement du procès Lubanga, des droits de la défense et des poursuites contre les commanditaires des crimes commis en Ituri.

Dans un deuxième temps, Mme Arbia s'est rendue dans le village de Bogoro, à 25 Km de Bunia, théâtre des affrontements armés qui ont causé de nombreuses victimes. Plus de trois cent personnes étaient présentes pour cette réunion publique. La population en général et les victimes en particulier ont suivi avec une attention soutenue toutes les réponses données par le Greffier de la Cour aux différentes préoccupations exprimées concernant notamment l'évolution du procès Lubanga, l'assistance aux victimes, le début du procès Katanga et Chui et les questions relatives à la réparation des victimes.

La rencontre s'est clôturée par l'écoute d'un programme audio produit par la Cour, avec les membres du club d'écoute de Bogoro, une des manifestations de l'implication et de l'intérêt des populations dans le travail de la Cour.

Selon Mme Arbia, la justice et donc le mandat de la Cour est un remède indispensable pour soigner les plaies causées aux populations par la commission de crimes graves. Elle a par ailleurs souhaité que les populations s'approprient le mandat de la Cour qui est à leur service et à leur bénéfice.

Vendredi, à Bunia, le Greffier s'est également entretenue avec le Commissaire de District, les autorités judicaires locales, les ONG du réseau des associations de défense des droits de l'homme en Ituri (RADHIT) ainsi que les journalistes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L’espace public civique s’est rétréci en RDC

L’espace nécessaire aux manifestations et critiques politiques s’est réduit en République démocratique du Congon (RDC) au cours de l’année écoulée, selon le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH).