Les réfugiés afghans resteront au Pakistan au moins jusqu’à fin 2012

13 mars 2009

Le gouvernement pakistanais et le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) ont approuvé l’extension du séjour des Afghans enregistrés au Pakistan jusqu’à fin 2012.

Le gouvernement pakistanais et le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) ont approuvé l'extension du séjour des Afghans enregistrés au Pakistan jusqu'à fin 2012.

Le ministre des Etats et des régions frontières (SAFRON), Najmuddin Khan, et le délégué du HCR, Guenet Guebre-Christos, ont signé une lettre d'intention mutuelle en ce sens, a rapporté le porte-parole du HCR, William Spindler, lors d'un point de presse à Genève.

Cette lettre s'appuie sur les précédents accords tripartites entre le HCR et les gouvernements du Pakistan et d'Afghanistan, au sujet des périodes de séjour temporaire des Afghans enregistrés au Pakistan, de leur rapatriement volontaire et progressif, et du soutien de la communauté internationale envers le Pakistan, un pays qui accueille l'une des plus importantes populations de réfugiés dans le monde.

La lettre indique que le ministère pakistanais des États et de régions frontières prendra des mesures pour étendre la validité des cartes de « preuve d'enregistrement » délivrées aux citoyens afghans vivant au Pakistan jusqu'à fin 2012 ; pour examiner et approuver, au niveau gouvernemental, une stratégie révisée pour la gestion des Afghans vivant au Pakistan au-delà de l'année 2009 ; et pour appuyer l'extension de l'actuel accord tripartite entre les gouvernements du Pakistan, d'Afghanistan et le HCR avant la fin 2012.

La lettre indique également que le HCR continuera à soutenir le rapatriement progressif, volontaire, dans la sécurité et la dignité, des Afghans du Pakistan. Le HCR engagera également activement la communauté internationale à financer sur cinq ans l'initiative -s'élevant à 140 millions de dollars- concernant les zones affectées par la présence sur leur sol de réfugiés de longue date (RAHA).

Cette initiative bénéficiera aux Pakistanais et aux Afghans via des projets de développement dans des régions rurales les plus affectées par la présence d'Afghans ainsi que des améliorations dans des domaines comme la santé, l'éducation et l'accès à l'eau et l'assainissement pour des communautés qui continuent à accueillir des réfugiés afghans dans des zones urbaines et rurales.

Actuellement, les Afghans enregistrés au Pakistan (au nombre de 1,7 million) résident dans des villages de réfugiés ou sont dispersés au sein des communautés d'accueil.

Le programme concernant les zones affectées par la présence sur leur sol de réfugiés de longue date (RAHA) sera mis en oeuvre dans 21 districts du Pakistan, principalement dans les provinces du Baloutchistan et de la Province frontière du Nord-Ouest, et dans six zones urbaines du Sindh et du Punjab, qui ont accueilli le plus grand nombre d'Afghans.

Le programme, qui devrait réunir le HCR et le PNUD, vise à améliorer la cohésion sociale et l'économie locale via un développement communautaire et aidera les gens à retrouver des moyens d'existence. Par exemple, les projets se concentreront sur la relance de perspectives d'emploi, la restauration des systèmes d'agriculture et d'irrigation, la réparation des routes depuis les fermes jusqu'aux marchés, l'amélioration de la production végétale et animale, la distribution des produits et légumes frais.

D'autres aspects du programme visent à améliorer l'enseignement primaire et secondaire, à renforcer les équipements et les services de santé, et à accroître l'accès à l'eau potable. Dans ces zones où l'environnement a été affecté par l'accueil d'importantes populations de réfugiés, les projets seront conçus pour restaurer le couvert forestier naturel, pour réhabiliter des prairies et des bassins hydrographiques dégradés et pour améliorer les habitats du monde animal.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Les rapatriés afghans ont du mal à se réintégrer après des années d'exil

L'étiquette de réfugiés leur colle à la peau. Après 23 ans d'exil au Pakistan, Qayum et sa famille sont rentrés chez eux dans le nord de l'Afghanistan il y a six mois. A ce jour, ils sont toujours considérés comme des étrangers et l'endroit où ils vivent est connu sous le nom de Mohajir Qeshlag, « le village des réfugiés » en dari, la langue locale, raconte le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).