ONU et Etats-Unis main dans la main face au changement climatique - Ban

12 mars 2009

L’Organisation des Nations Unies et les Etats-Unis considèrent tous les deux le changement climatique comme une menace existentielle et sont engagés à y consacrer tous leurs efforts au cours de l’année 2009, a déclaré jeudi le Secrétaire général Ban Ki-moon.

L'Organisation des Nations Unies et les Etats-Unis considèrent tous les deux le changement climatique comme une menace existentielle et sont engagés à y consacrer tous leurs efforts au cours de l'année 2009, a déclaré jeudi le Secrétaire général Ban Ki-moon.

« Sur le changement climatique, nous sommes d'accord. C'est une menace existentielle. Nous savons ce que nous devons faire », a dit le Secrétaire général lors d'une conférence de presse mensuelle au siège de l'ONU à New York.

« Le président Obama et moi partageons un engagement fondamental : 2009 doit être l'année du changement climatique, ce qui signifie parvenir à un accord global à Copenhague d'ici à la fin de l'année », a-t-il ajouté, faisant référence au sommet sur la réduction des gaz à effet de serre qui se déroulera dans la capitale danoise en décembre.

Le Secrétaire général, qui a eu un entretien mardi avec le président américain Barack Obama à Washington, a parlé de lui comme d'un « leader visionnaire et engagé ».

La question du changement climatique a dominé aussi ses discussions avec les leaders du Congrès américain, dont le sénateur John Kerry, président de la Commission des relations extérieures du Sénat, le représentant Howard Berman, le président de la Commission des relations extérieures de la Chambre des représentants, le représentant Edward Markey, président de la sous-commission sur l'énergie et l'environnement de la Chambre, ainsi que de nombreux membres de ces importantes commissions.

« Avec le leadership des Etats-Unis, et en partenariat avec les Nations Unies, nous pouvons réaliser un accord sur le changement climatique que toutes les nations peuvent appuyer », a dit Ban Ki-moon.

S'agissant de la crise économique, le Secrétaire général a dit que le président Obama et lui-même convenaient que « les investissements écologiques (« verts ») devaient constituer une partie importante de tout plan de relance de l'économie.

« Si nous devons dépenser des sommes aussi gigantesques, faisons-le de façon intelligente », a-t-il dit.

Par ailleurs, revenant sur ses propos la veille concernant les arriérés de paiement des Etats-Unis à l'égard des Nations Unies, le Secrétaire général a tenu à souligner la générosité de ce pays, qui est le premier contributeur à l'Organisation. « En même temps, j'ai noté que les Etats-Unis sont aussi le premier débiteur, devant plus de 1 milliard de dollars d'arriérés, une somme qui va bientôt atteindre 1,6 milliard », a-t-il dit.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ban rencontre Obama à Washington

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a rencontré mardi après-midi à la Maison Blanche à Washington le président américain Barack Obama, qui a pris ses fonctions le 20 janvier.