Géorgie, Kosovo et Afghanistan, priorités de l’OSCE, selon sa présidente

27 février 2009

La Géorgie, le Kosovo et l’Afghanistan sont trois des priorités de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), a déclaré vendredi devant le Conseil de sécurité la présidente en exercice de l’OSCE et ministre des affaires étrangères de la Grèce, Dora Bakoyannis.

La Géorgie, le Kosovo et l'Afghanistan sont trois des priorités de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), a déclaré vendredi devant le Conseil de sécurité la présidente en exercice de l'OSCE et ministre des affaires étrangères de la Grèce, Dora Bakoyannis.

Elle a rappelé que l'OSCE était l'accord régional le plus grand et le plus inclusif placé sous le Chapitre VIII de la Charte des Nations Unies. La première des priorités est de renforcer l'OSCE sur le terrain, a-t-elle dit.

Elle a ainsi souligné que l'année 2008 avait été marquée par une crise grave dans le Caucase. La crise en Géorgie, a-t-elle estimé, souligne la nécessité de faire davantage encore pour traduire les principes de la Charte des Nations Unies et de l'Acte final d'Helsinki en une réalité durable sur le terrain.

Une grande attention est accordée aux négociations en cours sur l'avenir de la présence de l'OSCE en Géorgie, a-t-elle ajouté, notant qu'en l'absence de consensus, la Mission de l'OSCE en Géorgie se trouvait, depuis le 1er janvier, dans une phase de clôture technique. L'OSCE doit faire davantage en Géorgie et la présidence grecque entend jouer à cet égard un rôle actif, a-t-elle déclaré, précisant notamment que des consultations se poursuivraient sur une présence de l'OSCE plus complète en Géorgie.

Dans l'intervalle, elle a exprimé son engagement en faveur de la plate-forme de Genève, présidée par les Nations Unies, l'OSCE et l'Union européenne. Celle-ci démontre, a-t-elle dit, l'importance de la coopération entre ces trois acteurs majeurs. Elle constitue le seul cadre où toutes les parties en conflit se rencontrent, a-t-elle ajouté. La ministre grecque a expliqué qu'en dépit des défis, des progrès étaient réalisés sur ce dossier. Ainsi, la semaine dernière, un accord a été trouvé à Genève sur des mécanismes de prévention des incidents constituant une première étape essentielle vers la consolidation de la confiance et un règlement éventuel du conflit. Il convient désormais, a-t-elle affirmé, de mettre ces mécanismes en pratique.

Mme Bakoyannis a indiqué que la situation au Kosovo, notamment la restructuration de la présence internationale sur place, représentait une autre priorité à l'ordre du jour de l'OSCE. Elle s'est en particulier félicitée de l'appui exprimé par le Conseil de sécurité au rapport du Secrétaire général du 24 novembre 2008, lequel souligne l'importance du rôle de l'OSCE dans l'édification et le contrôle des institutions du Kosovo et dans son soutien aux communautés minoritaires. L'OSCE continuera d'appliquer son mandat basé sur la résolution 1244 du Conseil de sécurité, a-t-elle dit, précisant que sa visite récente à Pristina avait renforcé sa conviction selon laquelle la Mission de l'OSCE représentait un facteur de stabilisation au Kosovo.

La Présidente en exercice de l'OSCE a en outre déclaré que l'OSCE ferait davantage dans le domaine du contrôle des frontières. À cet égard, a-t-elle expliqué, le renforcement de l'engagement de l'OSCE en faveur de l'Afghanistan demeurera une priorité en 2009 et au-delà. Elle s'est également dite convaincue que l'OSCE, forte de son expérience en matière de formation de la police et de gestion des frontières, et compte tenu de sa longue expérience en Asie centrale, pouvait fortement contribuer à la sécurité de l'Afghanistan et des pays voisins.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Kosovo : La réorganisation de la MINUK doit progresser, selon Ban

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, estime dans un rapport rendu public mardi que la réorganisation de la Mission des Nations Unies au Kosovo (MINUK) doit progresser pour s'adapter aux mutations que connaît le Kosovo depuis qu'il a déclaré son indépendance et adopté sa constitution.