Kosovo : Le TPIY condamne cinq responsables, acquitte l’ex-président de Serbie

26 février 2009

Cinq responsables politiques, militaires et de police yougoslaves et serbes de haut niveau ont été condamnés jeudi pour des crimes contre l’humanité commis au Kosovo en 1999 par le Tribunal pénal International pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), qui a acquitté en revanche l’ancien président de Serbie, Milan Milutinovic.

Cinq responsables politiques, militaires et de police yougoslaves et serbes de haut niveau ont été condamnés jeudi pour des crimes contre l'humanité commis au Kosovo en 1999 par le Tribunal pénal International pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), qui a acquitté en revanche l'ancien président de Serbie, Milan Milutinovic.

L'ancien Vice-Premier ministre yougoslave Nikola ?ainović, le général de l'armée yougoslave Neboj?a Pavković et le général de police serbe Sreten Lukić ont été chacun condamnés à 22 ans d'emprisonnement pour crimes contre l'humanité et violation du droit et coutumes de guerre, indique un communiqué du TPIY.

Par ailleurs, le général de l'armée yougoslave Vladimir Lazarević et le chef d'état-major Dragoljub Ojdanić ont été jugés coupables de complicité d'un certain nombre d'accusations de déportation et de transfert forcé de la population albanaise du Kosovo, et à ce titre condamnés à 15 ans d'emprisonnement.

La décision rendue jeudi est le premier jugement du TPIY pour des crimes perpétrés par les forces yougoslaves et serbes contre des Albanais du Kosovo lors du conflit de 1999 au Kosovo. Il est reproché à chacun des accusés d'avoir participé à une campagne de terreur contre la population visant à modifier l'équilibre ethnique au Kosovo afin d'en préserver le contrôle par les autorités serbes.

Selon le juge président la séance Iain Bonomy, les actions délibérées de ces forces ont conduit au déplacement de près de 700.000 Albanais du Kosovo entre la fin du mois de mars 1999 et le début du mois de juin de la même année.

L'ancien président de Serbie, Milan Milutinovic a pour sa part été acquitté au motif que c'était le président de la République fédérale de Yougoslavie, Slobodan Milosevic, parfois appelé le « commandant suprême », qui exerçait le pouvoir effectif.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

TPIY : Un journaliste du Kosovo condamné pour avoir révélé l'identité d'un témoin

Le Tribunal pénal International pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) a infligé une amende de 7.000 euros à un journaliste du Kosovo, Baton Haxhiu, pour avoir révélé l'identité d'un témoin gardée secrète lors d'un procès.