La sécurité alimentaire posera problème au Zimbabwe pendant toute l’année 2009

25 février 2009

Un nombre croissant de foyers au Zimbabwe sont obligés de réduire le nombre de repas qu’ils mangent par jour et l’assistance alimentaire reste nécessaire, a rapporté mercredi une mission d’évaluation de l’ONU dans le pays.

Un nombre croissant de foyers au Zimbabwe sont obligés de réduire le nombre de repas qu'ils mangent par jour et l'assistance alimentaire reste nécessaire, a rapporté mercredi une mission d'évaluation de l'ONU dans le pays.

« L'assistance alimentaire sera encore nécessaire tout au long de l'année 2009. Il faudra d'autres évaluations pour en connaître l'étendue », a dit la Coordonnatrice humanitaire adjointe des Nations Unies, Catherine Bragg, au terme d'une mission sur le terrain.

Cette dernière se trouvait dans le pays avec des représentants du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Programme alimentaire mondial (PAM).

Selon Catherine Bragg, les agriculteurs doivent recevoir tous les intrants [les semences et engrais] dont ils ont besoin pour la prochaine saison de semence, qui commence en septembre et octobre.

« Autrement, l'année prochaine pourrait être semblable à la présente, c'est-à-dire une situation dans laquelle 7 millions de personnes ont besoin d'aide alimentaire ».

La mission a reçu des assurances de pleine coopération de la part du gouvernement du nouveau Premier ministre Morgan Tsvangirai.

Le Secrétaire général Ban Ki-moon a indiqué en Afrique du Sud mercredi qu'il attendait de la part de Catherine Bragg ses recommandations sur la façon de mobiliser davantage d'assistance humanitaire et de résoudre la question des réfugiés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

OMS : Une mission d’évaluation de l’épidémie de choléra en visite au Zimbabwe

Avec près de 80.000 cas enregistrés depuis août 2008, dont 3.800 ont entraîné la mort, l’épidémie de choléra au Zimbabwe n’est toujours pas sous contrôle, en raison notamment de son étendue (dix provinces sont touchées), de la déliquescence des infrastructures d’eau potable et d’assainissement et de la faiblesse du système de santé, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).