OMS : Une mission d’évaluation de l’épidémie de choléra en visite au Zimbabwe

24 février 2009

Avec près de 80.000 cas enregistrés depuis août 2008, dont 3.800 ont entraîné la mort, l’épidémie de choléra au Zimbabwe n’est toujours pas sous contrôle, en raison notamment de son étendue (dix provinces sont touchées), de la déliquescence des infrastructures d’eau potable et d’assainissement et de la faiblesse du système de santé, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Avec près de 80.000 cas enregistrés depuis août 2008, dont 3.800 ont entraîné la mort, l'épidémie de choléra au Zimbabwe n'est toujours pas sous contrôle, en raison notamment de son étendue (dix provinces sont touchées), de la déliquescence des infrastructures d'eau potable et d'assainissement et de la faiblesse du système de santé, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

La plupart des décès continuent d'être recensés dans les communautés rurales. Au 18 février 2009 le ministère zimbabwéen de la santé et de la protection de l'enfance avait notifié au total 79 613 cas, dont 3.731 mortels (taux de létalité de 4,7%).

Ces derniers chiffres sont publiés alors que la Coordonnatrice adjointe aux affaires humanitaires des Nations Unies, Catherine Bragg, est arrivée à Harare ce week-end dans le cadre d'une mission d'évaluation de l'OMS, du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et du Programme alimentaire mondial (PAM).

Mme Bragg a notamment visité un centre de distribution de la nourriture et un centre de stockage.

Selon l'OMS, le taux hebdomadaire moyen de létalité a baissé régulièrement depuis le début du mois de janvier, mais il était encore de 3,1 % à la mi-février, bien supérieur au niveau attendu de 1%. Environ la moitié des décès continuent d'être recensés dans les communautés, en dehors des établissements de santé, indique un communiqué.

Quelques 365 centres et unités de traitement du choléra sont actifs dans toutes les provinces et le taux de létalité qu'ils notifient est passé de 4% fin décembre à un chiffre situé entre 1 et 2 % en février.

On signale aussi un grand nombre de cas dans les pays voisins, notamment en Afrique du Sud, où la solidité relative du système de santé a permis de maintenir le taux de létalité en dessous de 1%. Les autres pays ayant notifié le choléra sont le Malawi, le Mozambique et la Zambie, mais on notera qu'il y est endémique, affirme le communiqué.

En collaboration avec le ministère de la santé et des partenaires de la santé, de l'eau et de l'assainissement, l'OMS a mis en place à Harare, la capitale, un centre de commande et de lutte contre le choléra.

Le rôle de ce centre est d'assurer la coordination technique des partenaires dans les domaines de la surveillance épidémiologique et au laboratoire, de la prise en charge des cas, de la mobilisation sociale, de la logistique, de la lutte anti-infectieuse et de l'eau et de l'assainissement dans les centres de traitement.

Un système d'alerte et d'action a été instauré avec les partenaires et le ministère de la santé pour assurer la notification quotidienne des cas et des décès. Ce système émet également des alertes immédiates lorsque de nouvelles flambées se produisent. Des séances de formation sur tous les aspects de la lutte anticholérique sont organisées à l'intention des personnels des partenaires et du ministère de la santé aux niveaux central et provincial.

Compte tenu de la dynamique de l'épidémie, de la déliquescence des infrastructures d'eau et d'assainissement et de la faiblesse du système de santé, l'application pratique des mesures de lutte reste un défi.

Les priorités consistent désormais à décentraliser les interventions vers la périphérie, notamment dans les zones où aucune organisation non gouvernementale n'est active, et à renforcer la mobilisation sociale dans les communautés pour améliorer l'accès aux services de santé et instaurer plus rapidement les traitements. Les activités seront également axées sur la mobilisation des ressources et un plus grand engagement des partenaires sur le terrain.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Zimbabwe : L’épidémie de choléra n’est toujours pas maîtrisée

L’épidémie de choléra au Zimbabwe apparue au mois d’août 2008 n’est toujours pas maîtrisée, alors que l’on atteint 73.000 cas et 3.524 décès, affirme vendredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).