RDC : L’insécurité croissante cause de nouveaux déplacements au Nord-Kivu - HCR

24 février 2009

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) reste extrêmement préoccupé par la violence croissante survenant contre des civils au Nord-Kivu, en République démocratique du Congo, a dit son porte-parole Ron Redmond mardi à Genève.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) reste extrêmement préoccupé par la violence croissante survenant contre des civils au Nord-Kivu, en République démocratique du Congo, a dit son porte-parole Ron Redmond mardi à Genève.

« Depuis le 13 février, les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) ont mené de nombreuses attaques dans les zones de Masisi, de Lubero et de Walikale au Nord-Kivu, suscitant une nouvelle vague de déplacements », a déclaré le porte-parole.

Les autorités locales ont informé le HCR que près de 3.000 personnes déplacées internes se trouvent dans le village de Remeka, à environ 20 kilomètres au sud de Masisi, suite à une récente attaque des FDLR.

Certaines parmi elles ont trouvé abri dans des églises et des écoles. D'autres ont trouvé refuge dans plusieurs sites gérés par le HCR aux alentours de la ville de Masisi.

Mardi, une équipe conjointe des Nations Unies devait se rendre à Kitanga, située non loin de Masisi, pour surveiller et évaluer les besoins des personnes nouvellement déplacées.

Les FDLR, qui utilisent des armes à feu et des couteaux de brousse, ont attaqué Kipopo, Remeka et Kamuobe près de Masisi ainsi que Kanyatsi et Busigho près de Lubero, tuant des civils et violant des femmes.

Le HCR craint de plus en plus, par ailleurs, des attaques de représailles menées par les FDLR contre des civils soupçonnés de collaborer avec l'opération militaire conjointe RDC-Rwanda contre le groupe rebelle qui a débuté fin janvier.

Les FDLR sont principalement composées de Hutus rwandais qui sont arrivés en RDC à la suite du génocide de 1994 survenu au Rwanda. Aujourd'hui, près de 30% des membres des FDLR seraient des Hutus congolais.

La situation humanitaire au Nord-Kivu est déjà dramatique, avec quelque 85O.000 personnes déplacées internes. Parmi elles, quelque 250.000 ont été contraintes de fuir depuis le mois d'août dernier, et beaucoup d'entre elles ont déjà été déplacées plusieurs fois.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le chef de la MONUC appelle les rebelles hutus rwandais à quitter la RDC

Le représentant spécial du Secrétaire général en République démocratique du Congo, Alan Doss, a appelé ce week-end les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) à quitter la RDC.