Le multilinguisme est important pour promouvoir la diversité, selon Akasaka

20 février 2009

Les Nations Unies sont attachées au multilinguisme pour promouvoir la diversité des langues et des cultures à travers le monde, déclare le Secrétaire général adjoint des Nations Unies à l’information et coordonnateur pour le multilinguisme, Kiyo Akasaka, à l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle qui sera célébrée samedi.

Les Nations Unies sont attachées au multilinguisme pour promouvoir la diversité des langues et des cultures à travers le monde, déclare le Secrétaire général adjoint des Nations Unies à l'information et coordonnateur pour le multilinguisme, Kiyo Akasaka, à l'occasion de la Journée internationale de la langue maternelle qui sera célébrée samedi.

« Ce sera une journée pour célébrer la riche diversité linguistique et culturelle qui caractérise notre monde », souligne M. Akasaka dans un message.

Cette Journée conclut l'Année internationale des langues, qui avait été lancée il y a un an par l'Assemblée générale de l'ONU avec pour simple message : « Les langues comptent ! ».

« Les Nations Unies pratiquent le multilinguisme comme un moyen de promouvoir, de protéger et de préserver la diversité des langues et des cultures au niveau mondial. Elles sont conscientes de l'importance de communiquer auprès des populations du monde dans leur propre langue », dit Kiyo Akasaka.

« Les langues, celles que vous comprenez ou que vous parlez, que vous lisez ou que vous écrivez, que ce soit sur l'internet ou dans votre communauté, peuvent faire la différence entre savoir et ne pas savoir, entre être en mesure de participer et être exclu », ajoute-t-il.

Le Département de l'information des Nations Unies communique dans les six langues officielles des Nations Unies (anglais, français, espagnol, russe, chinois et arabe). Mais il va aussi au-delà de ces six langues pour atteindre les gens au niveau local. Les programmes radio de l'ONU sont aussi produits en kiswahili et en portugais.

Le réseau des 63 Centres d'information des Nations Unies à travers le monde a la capacité de travailler dans près de 50 langues différentes et de produire des documents d'information dans plus de 100 langues. Il promeut ainsi le multilinguisme et les langues autochtones.

Les Nations Unies au Mexique, par exemple, travaillent avec des partenaires locaux pour traduire la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones dans plus de 20 langues autochtones du Mexique. Les deux premières traductions étaient dans les langues maya et huasteca hidalgense mexicaine. Au Bangladesh, le Centre d'information des Nations Unies informe la population locale des développements significatifs liés aux activités du système des Nations Unies ainsi que des informations liées à la région Asie-Pacifique dans une lettre mensuelle publiée en langue locale.

Les stations de radio de l'ONU fournissent des informations fiables et permettent un dialogue en soutien aux efforts de paix actuels. Radio Okapi en République démocratique du Congo (RDC) diffuse ainsi en cinq langues : français, kikongo, lingala, kiswahili et tshiluba.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

UNESCO : Plus de 2.500 langues en danger dans le monde

Sur les quelques 6.000 langues existant dans le monde, plus de 2.500 d’entre elles sont menacées, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) qui a lancé jeudi à Paris la version électronique de la nouvelle édition de son Atlas des langues en danger dans le monde.