CNUCED : Le transport maritime doit affronter les changements climatiques

19 février 2009

Le transport maritime doit affronter la question des changements climatiques et en faire une priorité malgré la crise économique et financière mondiale actuelle, ont déclaré les participants à une réunion à Genève de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

Le transport maritime doit affronter la question des changements climatiques et en faire une priorité malgré la crise économique et financière mondiale actuelle, ont déclaré les participants à une réunion à Genève de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

Plus de 80% du commerce mondial est transporté par la mer, et alors que les moteurs des navires constituent entre 1,6 et 4,1% des émissions mondiales de dioxyde de carbone, des mesures devraient être mises en place pour limiter l'impact du transport maritime sur les changements climatiques, car ces émissions pourraient tripler d'ici à 2050, ont indiqué les experts lors de cette réunion qui s'est déroulée de lundi à mercredi.

L'amélioration de la conception des coques et des navires, des moteurs, des systèmes de propulsion, comme l'utilisation d'une vitesse optimale pour le transport de marchandises, pourraient réduire les émissions de gaz à effet de serre de façon significative.

« Il est difficile de surestimer la menace posée par les changements climatiques, » a déclaré la secrétaire générale adjointe par intérim de la CNUCED, Lakshmi Puri, à l'ouverture lundi de la réunion. « La situation économique actuelle montre comment une petite réduction de la croissance, de 1 à 2% du PIB (produit intérieur brut), peut déjà avoir de fortes conséquences sur le commerce, le chômage, et le bien être général des sociétés. Dans un tel contexte, il est difficile de d'envisager le coût potentiel de l'inaction face aux changements climatiques. »

Partager les technologies et les connaissances, ainsi que lier la science aux décisions politiques sont des éléments nécessaires à la réduction des émissions de gaz à effet de serre par le transport maritime mondial et à son adaptation aux changements climatiques, ont dit les experts.

Selon eux, les pays en développement, qui dépendent fortement de l'augmentation du commerce pour réaliser leurs progrès économiques, sont particulièrement vulnérables aux changements climatiques et manquent pour la plupart de ressources permettant de les atténuer. Les pays les moins responsables des émissions de gaz à effet de serre devraient souffrir le plus des changements climatiques. Des efforts à l'échelle mondiale – dont le commerce maritime ne constitue qu'une petite partie- doivent être mis en place pour aider ces pays à surmonter ces difficultés financières.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.