FIDA : Les petits exploitants agricoles sont la clé de la sécurité alimentaire

19 février 2009

Les petits exploitants agricoles à travers le monde ont un rôle indispensable à jouer pour assurer la sécurité alimentaire, a souligné le président du Fonds international de développement agricole (FIDA), Lennart Bage, à l’occasion de la 32e session du conseil d’administration du Fonds qui s’est ouverte à Rome mercredi.

Les petits exploitants agricoles à travers le monde ont un rôle indispensable à jouer pour assurer la sécurité alimentaire, a souligné le président du Fonds international de développement agricole (FIDA), Lennart Bage, à l'occasion de la 32e session du conseil d'administration du Fonds qui s'est ouverte à Rome mercredi.

« L'offre à long terme ne suit pas la demande. La demande alimentaire mondiale devrait augmenter de 50% d'ici à 2030 et doubler d'ici à 2050. Au même moment, la productivité agricole, qui a augmenté à un rythme de 4 à 5% dans les années 1970 et au début des années 1980, est aujourd'hui en hausse de 1 à 2% », a souligné M. Bage qui achève ses huit ans à la tête du FIDA.

Le FIDA est une agence des Nations Unies dont le mandat est d'aider les populations rurales à travers le monde à s'extraire de la pauvreté.

Selon Lennart Bage, l'augmentation de la production agricole est indispensable mais la possibilité d'augmenter les terres cultivables est limitée. Il n'y aurait que 10 à 15% de terres supplémentaires disponibles pour l'agriculture, si l'on ne veut pas abattre des forêts. Aussi, l'essentiel de l'augmentation de production agricole devra venir d'une productivité plus élevée par hectare des cultures existantes.

Il y a près de 500 millions de petites exploitations agricoles, ce qui représente plus de 2 milliards de personnes, un tiers de l'humanité. « En Afrique et en Asie, les petites exploitations agricoles représentent 80% des terres cultivées. Au niveau mondial, les familles de petits exploitants constituent la grande majorité des pauvres, vivant avec moins de 1 ou 2 dollars par jour. En même temps, elles sont un élément important du potentiel de production alimentaire mondiale », a dit M. Bage.

La plupart des petites exploitations agricoles ont une très faible productivité, mais elles peuvent doubler ou tripler leurs rendements si elles ont accès aux semences, aux engrais, à l'irrigation et au financement.

Par ailleurs, le conseil d'administration du FIDA a choisi mercredi Kanayo F. Nwanze, du Nigéria, pour être le prochain président du Fonds. Il est actuellement vice-président du FIDA. Les délégués des 165 pays membres ont nommé par acclamation M. Nwanze, qui l'a emporté face à cinq autres candidats du Pakistan, de l'Allemagne, d'Israël, du Niger et de l'Inde.

Kanayo Nwanze sera le cinquième président du FIDA, qui a été créé en 1977. Il prendra ses nouvelles fonctions le 1er avril.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ban : La lutte contre la faim dans le monde doit revenir au premier plan des priorités

Un milliard d'être humains souffrent de la faim à l'heure actuelle, a déploré mardi le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, à Madrid, où il a appelé à replacer la question au premier plan des priorités grâce à des mécanismes de financement fiables.