Nord Kivu : La MONUC condamne les exactions des rebelles des FDLR

18 février 2009

La Mission de l’Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) a condamné mercredi avec la plus grande fermeté les exactions commises dans la province du Nord-Kivu par des éléments des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).

La Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) a condamné mercredi avec la plus grande fermeté les exactions commises dans la province du Nord-Kivu par des éléments des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).

« Selon de nombreux témoignages recueillis par les équipes de la MONUC sur le terrain, les FDLR menacent les populations civiles et les soumettent à des exactions quasi systématiques et graves : pillages, kidnappings, viols, meurtres. Cette tactique lâche est observée particulièrement dans les zones où ces combattants FDLR occupent des bastions importants qu'ils refusent de quitter », selon un communiqué.

Les gouvernements congolais et rwandais se sont récemment alliés pour faire face à ce groupe armé composé d'éléments responsables du génocide rwandais de 1994 et de leurs partisans hutus congolais. Les FDLR sont basés dans l'est de la RDC depuis leur fuite face à l'armée rwandaise. Selon la presse, le porte-parole du mouvement et un de ses leaders idéologiques les plus extrémistes, Michel Habimana, alias Edmond Ngarambe, s'est récemment rendu, appelant les autres membres à faire de même. La RDC et le Rwanda espère pouvoir obtenir la reddition et le rapatriement de ces combattants vers le Rwanda.

« La stratégie des FDLR vise à maintenir les populations civiles dans un climat de terreur et à contrer les efforts en cours qui visent à mettre une fin définitive à leur présence sur le sol congolais à travers le retour volontaire via le programme DDRRR [désarmement, démobilisation, rapatriement, réinstallation, réintégration] de la MONUC, ou la pression militaire exercée par les forces de la coalition FARDC/RDF [les Forces armées de la RDC et du Rwanda]. Elle a aussi pour objectif de frustrer les efforts en cours pour restaurer l'autorité de l'Etat dans les anciens 'fiefs' des FDLR », selon la Mission.

En réponse à cette situation, la MONUC a décidé de renforcer, dans la limite de ses capacités, ses dispositifs de protection dans les zones où les populations sont les plus menacées. Elle continue de déployer des équipes civiles conjointes de protection dans certaines bases de casques bleus situées dans les zones les plus sensibles, afin d'aider ces derniers à renforcer leurs actions.

Dans ces zones, les Casques bleus intensifient leurs patrouilles de jour et de nuit, afin de prévenir autant que possible les menaces ou exactions des FDLR sur les populations.

La MONUC travaille aussi en étroite collaboration avec les autorités congolaises afin d'adapter les réponses à apporter aux besoins de protection des civils. Ainsi, des troupes intégrées FARDC viennent d'être déployées dans plusieurs localités sensibles où les Casques Bleus disposent de bases, en particulier à Pinga, Kashebere, et Niabyondo, (territoire de Masisi) pour renforcer le dispositif de sécurisation des populations dans ces zones.

A Pinga par exemple, (200 km nord-ouest de la capitale provinciale Goma), au moins 5.000 personnes et une dizaine de chefs de villages fuyant la mort ont trouvé refuge à côté de la base mobile de la MONUC.

D'autres troupes intégrées FARDC sont également en cours de déploiement à Kibua (Walikale), afin de consolider le dispositif de protection déjà fourni aux populations.

La MONUC et les autorités congolaises continuent de surveiller de près l'évolution de la situation sur le terrain, et se tiennent prêtes à envisager des renforcements de leur présence dans d'autres zones si nécessaire, dans les limites de leurs capacités respectives.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : La situation au Nord-Kivu est en amélioration – John Holmes

A l’issue d’une visite en République démocratique du Congo (RDC), le responsable des affaires humanitaires des Nations Unies, John Holmes, s’est dit mercredi plutôt optimiste sur la situation dans la province du Nord-Kivu, au micro de la radio de l’ONU en RDC, Radio Okapi.