Le Libéria a toujours besoin de l’aide internationale, selon Ban

13 février 2009

Le Libéria a toujours besoin de l’aide internationale pour consolider les progrès réalisés dans la lutte contre la pauvreté, estime le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, dans un rapport publié vendredi.

Le Libéria a toujours besoin de l'aide internationale pour consolider les progrès réalisés dans la lutte contre la pauvreté, estime le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans un rapport publié vendredi.

Le gouvernement libérien continue « de faire des progrès constants dans la réalisation des objectifs de la stratégie pour la réduction de la pauvreté », écrit M. Ban dans ce rapport remis au Conseil de sécurité.

« Malgré la flambée des prix des denrées alimentaires et du carburant en 2008, le gouvernement a pris des initiatives résolues qui ont permis d'en atténuer plusieurs des effets négatifs potentiels. Il s'est également attaché à progresser sur plusieurs programmes de réforme importants, notamment la lutte contre la corruption, la réforme de la gestion des finances publiques et l'élaboration de stratégies générales pour renforcer la police nationale libérienne et le secteur du maintien de l'ordre. »

Toutefois, selon le Secrétaire général, « la modicité des capacités institutionnelles nationales dans tous les secteurs demeure un problème grave, et ce, d'autant que la plupart des institutions publiques, aux niveaux national et local, y compris celles chargées de la sécurité, ont dû être complètement reconstruites après le conflit ». Aussi exhorte-t-il « tous les partenaires internationaux à continuer d'appuyer le Libéria pendant cette phase cruciale, et en particulier à lui fournir une aide financière pour les activités entreprises dans le cadre de la stratégie pour la réduction de la pauvreté. »

« Vu la corrélation entre la paix et le développement, il importe de faire simultanément des progrès dans tous les quatre domaines, étant donné en particulier le lien potentiel existant entre le chômage élevé des jeunes et la sécurité », ajoute-t-il.

« Les progrès réalisés au Libéria depuis la fin du conflit, y compris la capacité des institutions nationales chargées de la sécurité et du système de maintien de l'ordre public, seront jugés à l'aune des préparatifs et de la tenue des élections présidentielle et législatives de 2011 », souligne le Secrétaire général. Il invite par conséquent le Libéria et ses partenaires internationaux à élaborer, dès que possible, un plan global pour les élections, précisant notamment les besoins financiers et techniques.

Au vu des problèmes auxquels les institutions libériennes chargées de la sécurité continuent de faire face et de l'incertitude croissante concernant l'évolution de la situation dans la sous-région, Ban Ki-moon recommande qu'aucun ajustement ne soit apporté aux composantes militaire et police de la Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL) pendant la période couverte par le mandat actuel.

Le Conseil de sécurité a prorogé le mandat de la MINUL jusqu'au 30 septembre 2009.

« D'autres ajustements pourraient être apportés ultérieurement pendant la troisième phase de réduction des effectifs, à compter de septembre 2009 », souligne le Secrétaire général.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.