L’UNRWA lève la suspension de ses importations vers Gaza

9 février 2009
John Ging, directeur des opérations de l'UNRWA à Gaza, visite une école de l'ONU endommagée par une attaque israélienne (Photo AP)

L’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a annoncé lundi la levée de la suspension de ses importations vers Gaza, après que le Hamas a rendu les biens qu’il avait volés la semaine dernière.

L'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a annoncé lundi la levée de la suspension de ses importations vers Gaza, après que le Hamas a rendu les biens qu'il avait volés la semaine dernière.

Le Hamas avait saisi au total 200 tonnes de riz et 100 tonnes de blé dans un incident et 3.500 couvertures et 400 colis alimentaires dans un autre.

« Les autorités du Hamas ont rendu toutes les fournitures saisies la semaine dernière. L'UNRWA peut donc en conséquence lever la suspension de ses importations de stocks d'assistance », a déclaré John Ging, le responsable humanitaire de l'agence.

Toutefois les distributions à quelque 900.000 réfugiés restent entravées par le refus par Israël de laisser entrer les matériaux nécessaires à la fabrication de sacs en plastique utilisés pour la distribution des rations alimentaires, a rapporté la porte-parole du Secrétaire général, Michèle Montas, lors de son point de presse quotidien, au siège de l'ONU, à New York.

John Ging a déploré par ailleurs l'entrave que continue de faire peser Israël à l'entrée du papier nécessaire à l'impression de livres scolaires, notamment du cursus de droits de l'homme mis en place par l'ONU.

Cette entrave, qui dure depuis plusieurs semaines, va à l'encontre des intérêts d'Israël, qui se plaint régulièrement de « l'endoctrinement » des enfants de Gaza. « Cette mesure a pour but direct d'empêcher les enfants d'en apprendre plus sur les droits de l'homme », a dit M. Ging.

Un point de vue corroboré par la représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Radhika Coomaraswamy, qui a insisté sur l'importance pour les enfants de retourner à l'école où ils peuvent retrouver un semblant de normalité.

De son côté, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a confirmé vendredi 6 février sa décision de mener six projets dont cinq consacrés à des besoins éducatifs urgents, notamment dans le secondaire et au niveau universitaire « trop souvent négligés dans les situations d'urgence », selon un communiqué.

Le sixième projet vise à renforcer la sécurité des journalistes et à améliorer la liberté de la presse dans la bande de Gaza, selon l'UNESCO.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.