Soudan : L'Accord de paix entre le Nord et le Sud est à un point critique - Ban

4 février 2009

L'Accord de paix global entre le Nord et le Sud du Soudan est à un point critique alors que plusieurs objectifs essentiels doivent maintenant être atteints dans des délais serrés, estime le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans un rapport rendu public mercredi.

« Alors que la période de transition doit s'achever dans un peu plus de deux ans, l'Accord de paix global est parvenu à un point critique, où toute mesure ou absence de mesure aura un impact profond sur l'avenir du Soudan. S'il faut reconnaître qu'il y a eu des progrès, des obstacles considérables demeurent cependant. Des objectifs essentiels – résultats du recensement, élections, délimitation des frontières, désarmement, démobilisation et réintégration et préparation des référendums et des consultations populaires – doivent maintenant être atteints dans des délais serrés, et avec très peu de possibilités de report », écrit M. Ban dans ce rapport remis au Conseil de sécurité.

Selon lui, à l'approche d'événements essentiels et politiquement complexes, les parties devront faire preuve d'une forte volonté politique et de détermination et prendre des mesures décisives pour consolider les résultats obtenus depuis 2005, assurer le bon déroulement de la fin de la période intérimaire, préparer un référendum pacifique et créer les conditions de stabilité à la suite du référendum.

« Or bien que des différends aient été surmontés, les relations entre les parties restent fragiles et marquées par l'incertitude quant à l'avenir du Soudan, en particulier le référendum de 2011. J'encourage les parties à s'appuyer sur les succès déjà enregistrés pour renforcer la confiance, car une étroite coopération et des progrès communs sont indispensables », ajoute-t-il.

Il appelle les parties à entreprendre « véritablement et dès que possible » les préparatifs des référendums et des consultations populaires ainsi que des mesures à prendre en fonction de leurs résultats. Il exhorte également les parties à engager immédiatement le dialogue au sujet du partage des richesses après 2011.

Concernant la région de l'Abyei, les incidents survenus le 12 décembre ont une nouvelle fois mis en lumière la fragilité des unités mixtes intégrées et la nécessité d'une amélioration rapide, estime M. Ban. Il se dit préoccupé par la reprise des affrontements violents – pour la seconde fois en huit mois – qui témoigne de la volatilité de la situation et de la nécessité de prendre des mesures préventives. A cet égard, il exhorte le gouvernement soudanais à lever toutes les restrictions à la liberté de mouvement de la Mission des Nations Unies au Soudan (UNMIS) dans les trois zones afin de lui permettre d'appréhender à nouveau la situation et d'être ainsi en mesure de désamorcer tout conflit futur.

Le Secrétaire général estime que le programme de désarmement, démobilisation et réintégration doit se poursuivre. « Un début rapide de la démobilisation dans les trois zones contribuera grandement à renforcer la confiance et à montrer que l'Accord de paix global est effectivement appliqué ».

Il exhorte enfin les parties à accélérer la délimitation de la frontière entre le Nord et le Sud. « Le Comité technique spécial des frontières a retardé la parution de son rapport et ce retard aura inévitablement une incidence sur la préparation des élections et la réalisation des autres principaux objectifs de l'Accord de paix global. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.