Sri Lanka : L'ONU préoccupée par des tirs d'obus sur un hôpital

2 février 2009

Le porte-parole du Coordonnateur de l'aide humanitaire et des secours d'urgence au Sri Lanka, Gordon Weiss, a exprimé sa préoccupation concernant les tirs d'obus qui ont touché, à plusieurs reprises au cours des dernières 24 heures et encore lundi à midi, un hôpital situé dans le nord-est de l'île.

« Les tirs d'artillerie ont provoqué la mort de 11 personnes, dont une infirmière », a rapporté la porte-parole adjointe du Secrétaire général, Marie Okabe, lors de son point de presse quotidien, au siège de l'ONU, à New York.

M. Weiss indique que la provenance des tirs reste indéterminée, mais que son bureau avait informé les deux parties de cet incident. Malheureusement, cette notification n'a pas semblé mettre fin aux échanges d'artillerie, a-t-il ajouté.

Près de 600 patients se trouvaient dans l'hôpital, où d'autres arrivaient sans cesse. Plusieurs centaines sont dans un état critique et ne peuvent être soignés. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s'efforce de négocier le départ d'un nouveau convoi de la zone des hostilités vers le territoire contrôlé par le gouvernement, où les patients pourront recevoir les soins appropriés, selon les informations communiquées par M. Weiss.

Parallèlement, le Programme alimentaire mondial (PAM) poursuit les négociations avec le gouvernement sri-lankais pour sécuriser une « fenêtre » adéquate pour l'arrivée du prochain convoi humanitaire dans la région. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), aucun convoi n'a pu y entrer la semaine dernière.

Lors d'un entretien avec le Centre d'actualités de l'ONU, Gordon Weiss a rappelé que les populations déplacées, quelque 250.000 ont déjà subi 10 à 15 déplacements après un an de combats.

« Il est très important qu'ils puissent échapper aux combats. Ceci est une décision militaire des deux belligérants », a-t-il expliqué. Le président du Sri Lanka a donné 48 heures aux Tigres tamouls pour qu'ils quittent la zone. « Il est reste à voir si les Tigres autoriseront la population à quitter cette zone », a-t-il affirmé.

Vidéo

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Sri Lanka : Ban demande aux belligérants de laisser les civils fuir les zones de combat

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a demandé vendredi au gouvernement du Sri Lanka et aux Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE) de laisser les civils fuir les zones de combats dans le nord du pays.