RDC : Regain de tension dans l'est avec l'opération militaire contre les FDLR

30 janvier 2009

Un regain de tension et de nouveaux déplacements de population ont été observés dans la province du Sud-Kivu en République démocratique du Congo (RDC), après le début de l'opération militaire conjointe rwandaise et congolaise contre les miliciens des FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda) au Nord-Kivu voisin, annonce vendredi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

Un regain de tension et de nouveaux déplacements de population ont été observés dans la province du Sud-Kivu en République démocratique du Congo (RDC), après le début de l'opération militaire conjointe rwandaise et congolaise contre les miliciens des FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda) au Nord-Kivu voisin, annonce vendredi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

Environ 5 000 personnes ont fui la zone de Makobola au sud du centre régional d'Uvira au Sud-Kivu, après que la milice Maï-Maï, qui s'oppose à l'offensive au Nord-Kivu, ait bloqué la route principale. Quelque 5 000 personnes déplacées auraient fui vers Uvira, a déclaré le porte-parole du HCR Ron Redmond.

La menace de ce nouveau conflit risque aussi de porter préjudice au rapatriement des réfugiés congolais depuis la Tanzanie voisine. Makobola est l'une des principales destinations des réfugiés congolais rentrant d'exil depuis la Tanzanie. « Nous sommes préoccupés par ce regain de tension et le blocage de la route, qui ont stoppé temporairement tous les mouvements entre Uvira et Fizi – où nous disposons également d'une présence sur le terrain – et qui ont provoqué de nouveaux déplacements forcés », a dit le porte-parole.

Le bureau du HCR à Bukavu, la capitale du Sud-Kivu, fait état de l'augmentation du nombre de Rwandais choisissant le retour vers leur pays d'origine depuis la RDC. Un nombre croissant de civils rwandais, notamment des familles de membres des FDLR, se présentent spontanément. Ils demandent à être rapatriés vers le Rwanda.

« La semaine dernière, nous avons assisté 222 Rwandais pour le retour chez eux. Un autre groupe de 301 personnes se trouve actuellement au centre de transit de Bukavu et dans différents centres de regroupement à travers le Sud-Kivu, et ils attendent d'être rapatriés », selon M. Redmond.

Avec le nombre accru de civils rwandais demandant à rentrer chez eux, le HCR étend la capacité de réception des six centres de regroupement existants, situés à travers le Sud-Kivu. Ceux qui souhaitent rentrer doivent rejoindre l'un de ces centres de regroupement, où le HCR vient les chercher pour les transférer ensuite vers un centre de départ géré par le HCR.

Au Nord-Kivu, parallèlement, l'offensive en cours, menée conjointement par les Rwandais et les Congolais contre les FDLR, a provoqué le départ de nouveaux réfugiés congolais vers l'Ouganda. Ces quatre derniers jours, quelque 1 300 réfugiés congolais ont traversé la frontière vers l'Ouganda pour fuir les combats et davantage encore arrivent chaque jour. Quelque 4 500 Congolais ont déjà fui vers l'Ouganda ce mois-ci, soit 40 000 au total depuis août 2008.

Les réfugiés ont fui depuis Buganza, Nyamirima et Ishasha au Nord-Kivu. La majorité d'entre eux sont des femmes et des enfants. Ils ont traversé la frontière vers l'Ouganda via Matanda dans le district de Kisoro et via Nyakabande dans le district de Kanungu, dans l'ouest de l'Ouganda.

Le HCR fournit – conjointement avec le gouvernement ougandais – l'hébergement, des repas chauds, de l'eau potable, l'assainissement et une assistance médicale ainsi que des couvertures, des bâches en plastique et des jerrycans aux nouveaux arrivants dans le centre de réception de Matanda. La semaine prochaine, le HCR prévoit de transférer certains des 8 000 réfugiés congolais se trouvant actuellement à Matanda vers le camp de réfugiés de Kyangwali dans le district de Masindi.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : La MONUC participera à la planification de l'opération contre les FDLR

Le chef de la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC), Alan Doss, a accepté, à la demande du gouvernement congolais, d'envoyer une équipe d'officiers des Nations Unies participer à la planification de l'opération militaire conjointe prévue par les forces armées du Rwanda et de la RDC contre les FDLR, des milices hutues rwandaises basées dans la province du Nord-Kivu.