RDC : La MONUC participera à la planification de l'opération contre les FDLR

28 janvier 2009

Le chef de la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC), Alan Doss, a accepté, à la demande du gouvernement congolais, d'envoyer une équipe d'officiers des Nations Unies participer à la planification de l'opération militaire conjointe prévue par les forces armées du Rwanda et de la RDC contre les FDLR, des milices hutues rwandaises basées dans la province du Nord-Kivu.

Le chef de la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC), Alan Doss, a accepté, à la demande du gouvernement congolais, d'envoyer une équipe d'officiers des Nations Unies participer à la planification de l'opération militaire conjointe prévue par les forces armées du Rwanda et de la RDC contre les FDLR, des milices hutues rwandaises basées dans la province du Nord-Kivu.

La décision a été prise mardi alors que M. Doss effectuait une visite dans l'est de la RDC pour évaluer l'impact de cette opération militaire sur les civils, a indiqué mercredi la porte-parole adjointe du Secrétaire général de l'ONU, Marie Okabe. « Nous voulons éviter qu'il y ait des retombées négatives sur les populations civiles. Nous insistons beaucoup sur la protection des civils dans de telles opérations », a dit M. Doss, cité dans un communiqué de la MONUC.

La Mission des Nations Unies va bientôt envoyer un groupe d'officiers au quartier-général de l'opération RDC/Rwanda à Goma, capitale de la province du Nord-Kivu. Leur mandat est strictement limité à la planification et à la liaison. « Le but de leur mission est d'aider à accroître la présence et l'inclusion graduelle du personnel civil de l'ONU dans la planification de l'opération militaire », a indiqué Mme Okabe. Ces employés civils travailleront sur les questions touchant à la coordination humanitaire, aux affaires civiles en général et à la démobilisation, à la réinstallation ou au rapatriement d'anciens combattants hutus congolais ou rwandais.

Notant qu'il y avait une hausse du nombre de combattants hutus rwandais souhaitant être rapatriés au Rwanda avec le soutien de la MONUC, des responsables de l'ONU ont indiqué que l'assistance pour le rapatriement restait disponible. Pour l'instant, 39 combattants ont accepté d'être rapatriés au Rwanda et 57 autres se sont récemment inscrits pour un rapatriement.

De son côté, le Sous-Secrétaire général pour les opérations de maintien de la paix, Edmond Mulet, a fait un exposé mercredi sur la situation en RDC devant le Conseil de sécurité réuni en consultations à huis-clos. Lors d'un point de presse à l'issue de ces consultations, il a précisé que le nombre d'officiers de la MONUC envoyés au quartier-général de l'opération contre les FDLR serait de six à huit personnes.

« Notre principale tâche est de nous assurer que le droit humanitaire international est respecté ainsi que la protection des civils », a dit M. Mulet. « Nous surveillerons très attentivement cela », a-t-il ajouté, parlant de l'opération militaire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : Navi Pillay s'inquiète pour les civils dans l'est du pays

La Haut Commissaire des Nations Unies pour les droits de l'homme, Navi Pillay, a mis en garde mardi contre les conséquences sur les populations civiles des opérations militaires dirigées contre des groupes rebelles responsables de violations des droits de l'homme, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).