Gaza : Israël devra compenser les dommages causés, selon John Holmes

22 janvier 2009

Israël pourrait se voir demander une compensation pour les dommages causés au personnel et aux biens des Nations Unies lors de sa campagne militaire dans Gaza, a indiqué jeudi le responsable des affaires humanitaires de l'ONU, John Holmes, en mission sur le terrain.

« Il est raisonnable qu'une enquête soit menée sur la destruction des bâtiments des Nations Unies et des stocks entreposés. Après quoi, la question des compensations se posera. Des membres du personnel de l'ONU et des contractuels ont été tués et blessés dans cinq ou six cas », a déclaré John Holmes lors d'une interview à la radio de l'ONU depuis Gaza.

« Le Secrétaire général a insisté hier devant le Conseil de sécurité pour que les deux parties soient tenues pour responsables de la façon dont elles se sont comportées lors de ce conflit », a-t-il ajouté.

« Il y a des preuves sur place de la composition des missiles ou des explosifs au phosphore blanc », a précisé le Secrétaire général adjoint. « Il est probable qu'Israël aura une version différente de l'incident et nous y prêterons aussi attention », a-t-il expliqué.

John Holmes a été témoin de la destruction totale de l'ancienne école américaine, d'un abri, du bâtiment principal de l'ONU et la destruction partielle du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), ainsi que d'une zone industrielle totalement éliminée par les bombardements.

Par ailleurs, dans un communiqué conjoint publié avec Robert Serry, qui est Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient, John Holmes a souligné qu'Israël devait faciliter la réponse aux besoins de la population de Gaza.

« Cela veut dire notamment un accès complet et sans restriction à tous les biens et acteurs humanitaires nécessaires au bien-être de la population civile de Gaza », affirme le communiqué.

John Holmes poursuivait également jeudi son évaluation sur le terrain avec l'Autorité palestinienne, sur la meilleure façon d'accroître l'assistance humanitaire dans la bande de Gaza.

« La mission [d'évaluation] a été choquée par l'étendue et l'urgence de ces besoins », a-t-il affirmé.

La première étape des secours ira à la restauration des services sociaux tels que l'eau, la santé et l'éducation, ainsi que le soutien au rétablissement des infrastructures de base.

Après l'évaluation, l'ONU procèdera à un appel à contributions pour la reconstruction.

De son côté, le Programme alimentaire mondial (PAM) a commencé jeudi une opération de distribution de barres nutritives à base de dates et de biscuits à haute valeur énergétique à près de 200.000 déplacés à Gaza.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.