Afrique de l'Ouest : les crises actuelles risquent de compromettre les progrès accomplis averti le BNUAO

22 janvier 2009

Le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest (BNUAO), M. Said Djinnit, a averti hier, devant le Conseil de sécurité, que les crises financière et alimentaire risquent de compromettre la consolidation de la paix et la stabilité dans la sous-région.

« Aux problèmes connus que constituent le chômage des jeunes, l'insécurité alimentaire et l'urbanisation rapide, ainsi que la corruption, les migrations irrégulières, la traite des êtres humains et le trafic de stupéfiants se sont ajoutés les effets des crises financière et alimentaire mondiales, aggravés par les craintes d'une récession mondiale », a-t-il indiqué lors de sa présentation du dernier rapport du Secrétaire général sur l'évolution de la situation dans cette région au cours des six derniers mois.

M. Djinnit a également souligné que la criminalité transnationale organisée et, en particulier le trafic de stupéfiants, représentait une source croissante de préoccupation dans la sous-région. Il a ainsi indiqué que le BNUAO continuait de sensibiliser des dirigeants à tous les niveaux aux effets néfastes que le trafic de stupéfiants et la criminalité transnationale organisée ont sur la gouvernance et la sécurité.

Le Représentant spécial a également signalé que le Bureau continuait de suivre de près l'évolution de la situation dans la région du Sahel, en particulier l'avancée des processus de médiation concernant la rébellion du nord du Mali et la situation au Niger, y compris les efforts en cours pour la tenue d'un sommet sur la paix, la sécurité et le développement.

En outre, si l'Afrique de l'Ouest a fait des progrès considérables dans la consolidation de la gouvernance démocratique, le processus a connu des revers importants au cours des six derniers mois en Mauritanie et en Guinée, deux pays objets de coups d'État militaires, a indique M. Djinnit.

Il a ajouté que le BNUAO s'est efforcé de « favoriser un dialogue constructif parmi les partenaires nationaux, régionaux et internationaux » et œuvre pour « faciliter un retour, le plus tôt possible, de l'ordre constitutionnel en Mauritanie et en Guinée ».

Enfin, en sa qualité de président de la Commission mixte Cameroun-Nigéria (CMCN), il a continué d'apporter son concours au processus de délimitation et de démarcation de la frontière entre le Cameroun et le Nigéria, a indiqué M. Djinnit. À l'issue du transfert réussi de l'autorité du Nigéria au Cameroun dans la péninsule de Bakassi, le 14 août 2008, les efforts visent désormais à accélérer le processus de démarcation de la frontière entre les deux pays, à promouvoir les mesures de rétablissement de la confiance et à répondre aux besoins des populations affectées, a-t-il précisé avant de conclure.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Gaza : Ban appelle le Hamas à arrêter ses tirs de roquettes sur Israël

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé dimanche le mouvement palestinien Hamas à arrêter ses tirs de roquettes sur Israël et a demandé aux autorités israéliennes à retirer leurs forces de la bande de Gaza après leur décision unilatérale samedi d'arrêter leur offensive militaire contre le territoire palestinien.