Darfour : L'ONU s'inquiète pour la population de Muhajariya

19 janvier 2009

De récents conflits antre deux mouvements rebelles, le JEM et l'ALS/MM ont exposé près de 30.000 habitants de la ville de Muhajariya, au Sud-Darfour (Soudan), à des violences sans précédent dans la localité – une situation qui pourrait empirer, selon l'Opération hybride UA-ONU au Darfour (MINUAD).

De récents conflits antre deux mouvements rebelles, le JEM et l'ALS/MM ont exposé près de 30.000 habitants de la ville de Muhajariya, au Sud-Darfour (Soudan), à des violences sans précédent dans la localité – une situation qui pourrait empirer, selon l'Opération hybride UA-ONU au Darfour (MINUAD).

« Nous déplorons les pertes en vies humaines et les blessures infligées aux civils. Les hostilités doivent cesser afin que les agences humanitaires puissent revenir dans la ville et poursuivre leur travail vital », a déclaré samedi Kenro Oshidari, coordonnateur humanitaire des Nations Unies par intérim pour le Soudan.

Le personnel de l'ONU a quitté la ville, notamment après qu'un bureau d'une agence humanitaire a été brûlé.

Selon l'Opération hybride UA-ONU au Darfour (MINUAD), l'ALS/MM (Minni Minawi) était dimanche en train de se regrouper pour une contre-attaque afin de reprendre le contrôle de cette localité.

La MINUAD a évacué six personnes blessées et dans un état critique samedi vers Nyala.

Selon le représentant spécial conjoint de l'Union africaine (UA) et de l'ONU, Rodolphe Adada, « il n'est pas rare de voir les belligérants passer à l'offensive dans la perspective de négociations de paix afin de profiter de l'état de fait sur le terrain ».

« Mais les actions militaires n'ont pas réglé le conflit au Darfour et ne le feront pas à l'avenir », a-t-il noté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Darfour : Ban condamne les bombardements et demande la fin des hostilités

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné jeudi les bombardements aériens qui ont frappé plusieurs endroits dans la province du Sud Darfour (Soudan) ces derniers jours, et a engagé toutes les parties à mettre un terme à la violence, a indiqué sa porte-parole dans une déclaration.