RDC : Le Conseil de sécurité condamne à nouveau les attaques des rebelles de la LRA

16 janvier 2009

Les membres du Conseil de sécurité ont condamné fermement vendredi les attaques perpétrées récemment par les rebelles ougandais de l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA), qui ont provoqué la mort de plus de 500 personnes, l'enlèvement de plus 400 autres, ainsi que le déplacement de plus de 104.000 personnes.

Dans une déclaration à la presse lue par la Présidence du Conseil pour janvier, occupée par la France, les membres du Conseil de sécurité ont exprimé « leur grave préoccupation devant l'ampleur de ces atrocités et ont souligné que les responsables doivent être traduits en justice ».

Ils ont réaffirmé les termes de la déclaration présidentielle du Conseil du 22 décembre. Ils ont exprimé leur profonde préoccupation devant le fait que les précédents appels du Conseil à la LRA à cesser ses attaques, à cesser le recrutement et l'utilisation d'enfants, et à libérer toutes les femmes, tous les enfants et tous les non-combattants, n'ont pas été suivis d'effets.

Les membres du Conseil de sécurité ont exigé que les membres de la LRA cessent immédiatement toute attaque contre les civils, et les ont exhortés à se rendre, à se rassembler et à déposer les armes comme le prévoit l'Accord de paix final.

Lors d'un exposé devant le Conseil, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, John Holmes, a estimé que "le refus répété par la LRA de signer l'Accord de paix final était profondément décevant et inquiétant". Mais "la porte n'a pas encore été complètement fermée. Le Président Museveni d'Ouganda a encouragé l'Envoyé spécial du Secrétaire général Chissano à continuer ses efforts pour un règlement politique du conflit", a-t-il ajouté.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a indiqué vendredi qu'une équipe conjointe des Nations Unies avait réussi à se rendre au nord-est de la RDC dans le village de Duru, qui a été le théâtre d'attaques successives menées par la LRA.

Ce village, déjà attaqué par la LRA en septembre dernier, a été de nouveau visé par le groupe rebelle ougandais cette semaine. Quatre personnes ont trouvé la mort lors de cette dernière attaque.

Des employés du HCR, qui se sont rendus dans ce secteur par hélicoptère mercredi, ont indiqué que ce village, autrefois animé, était maintenant désert et envahi par la végétation. Des survivants de Duru ont pris le risque de s'aventurer hors de leurs cachettes pour rencontrer l'équipe. « L'équipe du HCR a été choquée par la condition physique de ces villageois, dont beaucoup d'entre eux sont vêtus de haillons et paraissent affamés et faibles après avoir passé des nuits dans la brousse en plein air sans couverture », a dit le porte-parole du HCR lors d'un point de presse à Genève.

Les employés du HCR ont entendu des récits éprouvants sur les atrocités commises par les membres du groupe rebelle ougandais, a-t-il ajouté.

Selon l'équipe du HCR présente à Dungu, le centre régional situé à 90 kilomètres au sud de Duru, le bilan s'élève maintenant à 567 personnes tuées, depuis le début des attaques en septembre dernier menées par la LRA dans la Province Orientale de la RDC bordant l'Ouganda et le Sud-Soudan. Les estimations du nombre de personnes forcées à se déplacer dans cette partie de la RDC ont maintenant dépassé 115.000 et ce chiffre devrait continuer à augmenter.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : Les rebelles ougandais de la LRA ont tué plus de 500 personnes

Les rebelles ougandais de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) ont tué plus de 500 personnes dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC) et ont kidnappé plus de 400 autres, selon le dernier bilan mardi du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).