Gaza : Le quartier-général de l'ONU bombardé par Israël, Ban indigné

15 janvier 2009

Le siège de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) à Gaza a été bombardé jeudi par l'armée israélienne, suscitant une vive protestation du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, auprès d'Israël.

Le siège de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) à Gaza a été bombardé jeudi par l'armée israélienne, suscitant une vive protestation du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, auprès d'Israël.

« Aujourd'hui, le quartier-général de l'ONU à Gaza a été une nouvelle fois bombardé. J'ai transmis mes vives protestations et mon indignation aux ministres (israéliens) de la défense et des affaires étrangères et ai exigé une explication complète », a déclaré M. Ban lors d'une conférence de presse conjointe à Tel Aviv avec la ministre israélienne des affaires étrangères, Tzipi Livni. Ban Ki-moon se trouvait jeudi en Israël dans le cadre d'une tournée au Moyen-Orient pour tenter d'obtenir un cessez-le-feu à Gaza.

« J'ai eu une conversation téléphonique avec le ministre de la défense avant de commencer ma rencontre avec la ministre des affaires étrangères. Le ministre de la défense Ehud Barak m'a dit qu'il s'agissait d'une grave erreur et qu'il prenait cela très au sérieux. Il m'a assuré qu'une attention toute particulière serait portée aux installations et au personnel de l'ONU et que cela ne se reproduirait pas », a ajouté le Secrétaire général.

Plusieurs obus sont tombés jeudi matin sur le quartier-général de l'UNRWA à Gaza-ville, une heure après que 700 Palestiniens y avaient trouvé refuge pour échapper aux intenses combats, a expliqué le directeur des opérations de l'UNRWA à Gaza, John Ging, lors d'un point de presse par liaison vidéo.

Selon lui, il pourrait s'agir d'armes au phosphore. « Cela ressemblait au phosphore, cela sentait comme le phosphore et cela brûlait comme le phosphore », a-t-il dit. Trois personnes ont été blessées.

Les explosions ont déclenché un incendie dans l'atelier du site où plusieurs camions étaient garés et dans un entrepôt. Les services de pompiers ont mis deux heures pour arriver. « Malheureusement il était trop tard pour sauver l'entrepôt où nous avions des centaines de tonnes de nourriture et de médicaments destinés à être distribués dans nos centres », a dit John Ging. Il a fallu six heures pour contrôler l'incendie. Selon le responsable de l'UNRWA, il n'y avait pas de militants dans le quartier-général ni autour et il a appelé à une enquête indépendante.

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, John Holmes, a indiqué pour sa part que le nombre de morts enregistrés par le ministère de la santé de Gaza depuis le début de l'offensive israélienne était désormais de 1.086, dont 346 enfants et 79 femmes, et le nombre de blessés s'élevait à 4.790. A population équivalente, cela correspondrait à 33.000 morts ou blessés à New York, a-t-il ajouté.

Ban Ki-moon, a débuté mercredi en Egypte et en Jordanie une tournée au Moyen-Orient. Il a rencontré notamment le Président égyptien Hosni Moubarak et le Roi Abdallah II de Jordanie. « D'après mes conversations en Egypte, je pense que les éléments sont en place pour que cette violence cesse maintenant », a dit jeudi le Secrétaire général. « Le temps est venu pour que la violence s'arrête », a-t-il ajouté, alors que l'offensive militaire israélienne contre le mouvement palestinien Hamas est entrée dans son 20e jour.

Selon M. Ban, dans le cadre d'un cessez-le-feu permanent, « il faut des arrangements pour garantir un arrêt de la livraison d'armes aux militants à Gaza, la réouverture des points de passage, la libération du caporal Shalit et la réunification de Gaza avec la Cisjordanie sous une seule autorité palestinienne légitime ».

Le Secrétaire général a rappelé qu'il était conscient que des roquettes avaient été tirées depuis Gaza contre des civils israéliens depuis des années et qu'il avait toujours condamné ces tirs de roquette. « Elles n'ont pas de justification et elles doivent cesser », a-t-il dit. « Je suis aussi préoccupé par les souffrances des civils palestiniens à Gaza. Beaucoup de gens sont morts et meurent encore. La souffrance des civils a atteint un point insupportable. C'est pourquoi j'ai appelé à un cessez-le-feu immédiat, permanent et pleinement respecté », a-t-il ajouté. « Les roquettes doivent cesser. L'offensive d'Israël doit cesser ».

Le Secrétaire général a ensuite rencontré Ehud Barak et le Premier ministre Ehud Olmert. M. Olmert s'est excusé du bombardement par l'armée israélienne du quartier-général de l'UNRWA, a précisé la porte-parole de M. Ban.

Le Secrétaire général a également discuté par liaison vidéo avec les employés se trouvant au quartier général de l'ONU à Gaza, a-t-elle ajouté. Il a aussi eu une conversation téléphonique avec la Secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice, le Premier ministre britannique Gordon Brown et le Président égyptien Hosni Moubarak.

Sa tournée au Moyen-Orient doit le conduire également vendredi à Ramallah, dans le Territoire palestinien occupé, puis en Turquie, au Liban, en Syrie et au Koweït.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Gaza : Le Secrétaire général débute sa tournée au Moyen-Orient par l'Egypte

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a débuté mercredi sa tournée au Moyen-Orient en Egypte, où il a rencontré le Président Hosni Moubarak, afin d'accélérer les efforts diplomatiques destinés à mettre fin à la violence à Gaza, au 19ème jour de l'offensive militaire israélienne contre le mouvement palestinien Hamas.